À l’occasion de la campagne électorale qui se termine le 21 octobre prochain, Journaldesvoisins.com entame la publication d’une série d’articles sur les deux circonscriptions fédérales qui incluent le territoire de l’arrondissement: Ahuntsic-Cartierville et Bourassa. Du 7 au 15 octobre inclusivement, le jdv vous présentera un portrait de la circonscription d’Ahuntsic-Cartierville; un portrait de chacun des six candidats de la circonscription d’Ahuntsic-Cartierville; et une vue d’ensemble de la circonscription de Bourassa. Nous commençons aujourd’hui avec la présentation de la circonscription d’Ahuntsic-Cartierville. Prenez note que ces articles seront également publiés dans notre mag papier d’octobre disponible dès le 18 octobre prochain. (C.D.) 

Au municipal, il y a deux ans, la gauche écologique incarnée par Projet Montréal s’emparait du pouvoir à l’hôtel de ville et dans notre arrondissement qui porte le même nom que le «comté» fédéral. Il y a tout juste un an, un nouveau gouvernement s’installait à l’Assemblée nationale, et dans la circonscription provinciale Maurice-Richard, qui chevauche environ la moitié de la circonscription fédérale d’Ahuntsic-Cartierville, Québec solidaire passait à un cheveu de l’emporter contre la députée libérale sortante Marie Montpetit.

Aurons-nous aussi une «surprise» au fédéral? Est-ce que les électeurs et électrices seront tentés par une option différente des «vieux»  partis (libéral et conservateur) qui se relaient le pouvoir depuis les débuts de la Confédération?

Chose certaine, l’électeur a le choix dans ce vaste territoire calqué sur le territoire de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, (sans le Sault-au-Récollet, secteur expulsé de la circonscription en 2015 pour cause de refonte de la carte électorale), avec l’avenue Papineau comme limite. Six candidats s’affrontent.

Joly-notoriété

Mélanie Joly (Photo: jdv P. Rachiele)

Dans l’île de Montréal, les libéraux fédéraux partent depuis belle lurette avec une base solide, avec l’appui d’une majorité des membres des communautés culturelles (environ 40% ici).

Et en plus, la députée sortante Mélanie Joly peut profiter de sa notoriété compte tenu de l’impact médiatique d’un membre du conseil des ministres.

Après une victoire marquée par l’appui de plus de 47% des électeurs, celle qui a failli battre Denis Coderre (écart de 5% seulement) à la municipale de 2013, est devenue ministre du Patrimoine. Mais l’épineux dossier Netflix lui a joué des tours et Mme Joly s’est retrouvée au Tourisme, à la Francophonie et aux Langues officielles.

Maintenant, le parti qui veut être réélu à Ottawa recule sur cet enjeu et se dit prêt à taxer les géants du Web.

Au plan local, Mélanie Joly plaide pour un meilleur lien entre la gare Du Ruisseau (quand le nouveau train électrique arrivera) et la station de métro Côte Vertu, l’aide aux petites entreprises s’installant dans Chabanel, tout en s’appuyant sur la longue liste de promesses au national, comme rendre la première tranche de 15 000 $ de revenus libre d’impôts.

Donner plus d’argent dans les poches des gens (un peu moins de 300$ par année en moyenne) est un thème populaire, ici comme ailleurs.

La circonscription compte beaucoup de gens dit «en moyen», mais il y a aussi des poches de pauvreté, un peu partout dont Bordeaux et Cartierville.

C’est surtout là où sont concentrés les électeurs des diverses communautés culturelles qui proviennent surtout de l’Algérie, du Maroc et d’Haïti, sans oublier les réfugiés syriens des dernières années. Beaucoup d’appui «automatique» pour les libéraux.

Opposition éparpillée

Mais ses opposants, qui ont aussi une feuille de route impressionnante, courtisent ce vote.

Zahia El-Masri (Photo: jdv P. Rachiele)

Zahia El-Masri, la candidate du Nouveau parti démocratique (le NPD qui a eu 30% des voix en 2015 avec Maria Mourani) est comme un poisson dans l’eau quand on parle d’iniquités dans la société, de richesses qui s’accumulent toujours au détriment des petits.

Cette réfugiée palestinienne ayant vécu avec sa famille au Liban avant de s’établir au Québec travaille justement dans le milieu du logement social. Et l’on compte 60% de locataires ici.

Bon nombre des électeurs issus de l’immigration se trouvent dans de gros immeubles à logements multiples, avec des logis trop petits pour la famille et parfois insalubres. La candidate néo-démocrate (qui est toutefois une farouche opposante à la loi québécoise sur la laïcité) compte entre autres sur eux le 21, en espérant qu’ils aillent voter.

André Parizeau (Photo: jdv P. Rachiele)

Du côté du Bloc québécois, l’informaticien à la retraite André Parizeau, s’attaque aussi à des problèmes concrets.

Le neveu de l’ex-premier ministre du Québec a relevé des faits troublants sur les convois de pétrole sur rail à vitesse élevée (Ahuntsic et Cartierville composent avec deux voies de chemins de fer), tout en revenant à la charge sur le bruit incessant des avions «qui bafouent les règlements et procédures des contrôleurs aériens de Nav-Canada à Montréal-Trudeau pour sauver du carburant».

Sans oublier la lutte pour la défense du français en dénonçant des entreprises de Chabanel peu portées sur le français comme Canada Goose ou la loi québécoise sur la laïcité qu’il défend, contrairement à ses opposants.

Jean-Michel Lavarenne (Photo: jdv P. Rachiele)

Chez les Verts, Jean-Michel Lavarenne, un p’tit gars du Sault-au-Récollet, pourrait bien surfer sur la semaine toute verte qui a culminé à la fin septembre par une manifestation monstre à Montréal. Ce concepteur de logiciels espère que cette journée forte en sensibilisation pour l’environnement se traduira concrètement par un appui dans les boites de scrutin. Mais le parti n’avait recueilli qu’un peu plus de 2% des voix en 2015.

Au débat du Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC), au Cégep Ahuntsic, il a toutefois pu parler à un public «très préoccupé» par les changements climatiques.

Kathy Laframboise (Photo: jdv P. Rachiele)

À droite, sur le tableau de bord électoral, les  électeurs ont le choix entre deux conservateurs. D’un côté, Kathy Laframboise du parti d’Andrew Scheer (chef du Parti conservateur du Canada) est une économiste du milieu du travail et experte en développement nordique. Elle plaide pour que les gens aient plus d’argent dans leur portefeuille. Mais ses absences ont été notées aux divers débats organisés dans la circonscription.

Raymond Ayas (Photo: jdv P. Rachiele)

De l’autre, Raymond Ayas, citoyen très engagé dans Nouveau-Bordeaux. Ce biochimiste de formation, maintenant courtier immobilier et partisan libertarien du chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, souhaite encore moins de présence de l’état. Il dit travailler pour les pauvres ; il voudrait que les familles, sans la gestion de l’offre, payent moins pour les œufs, le lait et la volaille. Ses slogans sur pancartes électorales en disent long : «Pas de BS pour les entreprises» ou encore «Immigration durable».

L’opposition est pour le moins fragmentée. Si jamais Mme Joly perd, ce serait en raison d’un vote de ralliement anti-libéral. Mais pour chaque candidat et candidate, une augmentation du vote populaire en leur faveur sera quand même considérée comme une victoire «morale».

Statistiques et chiffres

La circonscription d’Ahuntsic-Cartierville s’étend sur une superficie de 22 kilomètres carrés. Sa population compte 117 447 citoyens. Près de 83 000 électeurs sont inscrits pour cette élection. Le directeur de scrutin de la circonscription est Jean-Guy Théorêt. M. Théorêt et son équipe occupent les bureaux numéro 228 situés au 433, rue Chabanel Ouest. On peut les joindre au 1 866 209-6486.

Pour en savoir plus sur la circonscription, c’est ici.

Pour connaître les résultats de la dernière élection [2015], c’est ici.

 

 

 

 

Total
43
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Mélanie Joly au local électoral lors de la soirée des élections (Photo : jdv - Philippe Rachiele)

Joly réélue devant le Bloc, deuxième; Dubourg gagne dans Bourassa

Mélanie Joly, candidate du Parti libéral du Canada (PLC) dans la  circonscription…

Des résultats serrés lundi soir?

Les électeurs qui n’ont pas encore exercé leur droit de vote à…

Dans Bourassa: Emmanuel Dubourg ne prend rien pour acquis

Emmanuel Dubourg, député sortant de Bourassa, « ne prend rien pour acquis » même…

Mélanie Joly, ministre, mais surtout députée

Mélanie Joly, députée sortante d’Ahuntsic-Cartierville et ministre du Tourisme, des Langues officielles…