Une chronique publiée dans The Gazette l’an dernier faisait état de la situation toponymique de la rue Chabanel, dans le District Central – un changement de nom est-il de mise pour cette artère de la mode? 

La chroniqueuse bien connue Lise Ravary croit que oui. En résumé, elle explique que le nom de Saint-Noël-Chabanel, un prêtre connu comme étant l’un des huit martyrs canadiens, mérite un hommage… mais pas dans le District Central.

Mme Ravary est plutôt d’avis que la rue devrait être renommée en l’honneur de John Warden, une des figures de proue de la mode au Québec à partir des années 1960. Warden a notamment terminé à égalité avec Yves Saint-Laurent pour le titre de Meilleur designer du monde, en 1978. Le designer natif de Niagara Falls a brièvement travaillé sur la rue Chabanel au début de sa carrière et il a reçu les éloges d’une certaine Iona Monahan, dont le nom est aujourd’hui immortalisé dans le District Central.

Un an après la parution de cette chronique de Lise Ravary, Journaldesvoisins.com est allé tâter le terrain auprès d’intervenants bien au fait de la situation : est-ce qu’un changement de nom est envisagé?

Pas de pression populaire

La directrice générale de la SDC District Central, Hélène Veilleux, est claire : personne ne s’est offusqué du nom de l’artère auprès d’elle depuis le début de son mandat, il y a quatre ans.

« Jamais, dans nos consultations, le nom de la rue Chabanel n’a été remis en question », dit-elle.

La nouvelle conseillère de Saint-Sulpice, Julie Roy, cite l’exemple de la rue Atateken (autrefois baptisée Amherst), dont le changement de nom a fait grand bruit. Or, à l’époque, une pression du public avait mené la Ville-centre à agir.

« La Ville avait pris la balle au bond à ce moment-là, mais ce n’est pas quelque chose qui se fait couramment », ajoute l’élue de Projet Montréal.

De plus, du côté de la société de développement commercial, le changement d’identité a déjà été fait! Le secteur « de la guenille », comme on l’appelait à une autre époque, s’est doté du nom de District Central en 2016 et, pour Hélène Veilleux et son équipe, la rue Chabanel est l’artère principale d’un secteur en pleine effervescence.

« Dans nos travaux, on a bien réfléchi et on a conclu que District Central était le meilleur nom pour le secteur », se souvient-elle.

Par contre, Mme Veilleux ne ferme pas la porte à un changement de nom si le public en venait à le demander.

Un processus ardu… pour l’instant

Changer un nom de rue n’est pas simple, entre autres à cause du cadre réglementaire, et aussi en raison des arguments soulevés par des citoyens réticents. Rappelons-nous qu’en 2020, l’arrondissement avait décidé de changer le nom d’un tronçon du boulevard Henri-Bourassa pour l’appeler « rue des Petits-Chars », mais l’administration s’était finalement ravisée après avoir entendu les doléances des riverains.

Dans quelques mois, cependant, il sera plus simple pour les élus de la Ville de Montréal de mettre de tels changements en branle.

« Il n’y a pas de processus réglementaire qui existe pour changer un nom de rue, mentionne Julie Roy. Il faudrait d’abord la dénommer, puis la renommer. Ces dernières années, un comité chapeauté par Émilie Thuillier a travaillé sur un cadre de reconnaissance qui n’a pas encore été adopté. Ça le sera dans les prochains mois! »

Un comité sera mis sur pied après l’adoption du cadre de reconnaissance afin de se pencher plus efficacement sur la reconnaissance de diverses personnes à travers la Ville de Montréal.

Dans Ahuntsic-Cartierville, toutefois, Julie Roy confirme que la seule artère dont le nom a récemment été contesté par des citoyens est l’avenue Durham. Il n’y a donc pas de changement à venir sur la rue principale du District Central!

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Lise Denis
Lise Denis
5 Mois

non pourquoi changer le nom pour un nom anglais en plus c,est mon opinion

Andre P
Andre P
5 Mois
Répondre à  Lise Denis

Je suggère renommer pour Melanie Joly

Vous pourriez aussi aimer ces articles

COVID-19: Approche-t-on du creux de la vague?

Il est vraisemblablement trop tôt pour crier victoire face à la COVID-19,…

Le coin communautaire – Semaine du 18 février 2022

Action : J’appuie le milieu communautaire d’Ahuntsic! Du 21 au 24 février…

ÉDITORIAL: Le bien commun avant tout!

Une élection municipale a lieu dans quelques jours. Vous êtes invités aux…

Allégations de conflits d’intérêts : Mélanie Joly exige une rétractation

Après avoir ignoré les demandes répétées d’entrevue avec le candidat local dans…