Dans le sens des aiguilles d’une montre, les ruelles devant être aménagées en 2019: ru’Eldorado; ruelle Charles-Baril; ruelle Hélène-Desportes; ruelle St-Hubert-Péloquin. (Photos et montage: jdv S. Lapierre)

À la suite du dernier article du journaldesvoisins.com portant sur de nouvelles ruelles choisies par l’arrondissement pour leur aménagement en ruelles vertes pour 2020, des citoyens ont laissé savoir au jdv que leur ruelle choisie par l’arrondissement pour être aménagée en 2019 n’était pas en chantier encore. Ces citoyens déploraient être laissés à eux-mêmes pendant de longues périodes de temps sans nouvelle de Ville en vert. Vérification faite par le jdv, aucune des quatre ruelles choisies pour 2019 n’a encore été aménagée. Toutefois, interrogée par le jdv, la mairesse Émilie Thuillier explique pourquoi l’aménagement d’une ruelle s’étend sur deux ans.

Ru’Eldorado (Photo : jdv – Samuel Lapierre)

«Pour notre ruelle, ce processus a été entamé il y a plus de deux ans, dit Marie-Ève Beaud, porte-parole du comité citoyens de la ruelle El’Dorado (rue Sauriol Est/rue Saint-Hubert/rue Sauvé Est/avenue Durham). Il a fallu faire du porte-à-porte à plusieurs reprises, récolter des signatures et l’accord des résidants, dit-elle. Si la ruelle n’est pas aménagée bientôt, on craint que l’engagement [des citoyens] ne s’étiole au fil du temps. »

Les ruelles qui devaient être aménagées en 2019 sont les suivantes: la Ru’Eldorado (rue Sauriol Est/rue Saint-Hubert/rue Sauvé Est/avenue Durham); la ruelle Saint-Hubert/Péloquin (rue Sauriol Est/rue Péloquin/rue Sauvé Est/rue Saint-Hubert) ; la ruelle Charles-Baril (boulevard Henri-Bourassa Est/rue George-Baril/rue Prieur Est/rue Saint-Charles); la ruelle Hélène Desportes (rue Prieur Est/avenue du Sacré-Cœur/rue Fleury Est/rue Chambord).

Or, selon les courriels reçus des citoyens concernés par quelques-uns de ces aménagements, rien n’avait encore été fait au 22 octobre.

Toutefois, Marie-Ève Beaud, de la ru’Eldorado était ravie de recevoir un coup de téléphone le 21 octobre de la coordonnatrice du projet chez Ville en Vert. En outre, un courriel reçu quelques heures plus tard confirmait cet engagement de la part de l’organisme. La coordonnatrice lui a même proposé de l’aider à distribuer des dépliants aux résidants de la ruelle pour les informer de la tournure des événements.

Mme Beaud a notamment appris que les travaux d’excavation qui ont été repoussés à deux reprises auraient finalement lieu en novembre. Selon ce que Mme Beaud a appris également, les plantations se feraient au printemps prochain.

Pas d’aménagement…pas d’organisation ?

Une autre résidante du même secteur s’interrogeait à savoir pourquoi Ville en vert n’a jamais retourné leurs appels, sauf tout récemment.

«C’est peut-être parce qu’ils sont aussi efficaces, dit cette personne, pour retourner leurs appels que pour gérer le dossier des ruelles vertes. Je suis résidente de la Ru’Eldorado et, comme tous les autres résidents de la ruelle, je me questionne beaucoup sur l’organisation du travail chez Ville en Vert», dit l’une d’entre elles qui a d’abord communiqué avec le jdv à la suite de la publication de notre dernier article.

Non seulement la ruelle n’a pas encore été aménagée, poursuit cette résidante visiblement déçue, mais quatre personnes différentes auraient été attribuées au dossier au fil du temps.
Mme Beaud apporte toutefois un bémol à ce sujet, compte tenu de l’appel reçu  il y a quelques jours:
«Le dossier est effectivement passé d’une personne à l’autre, ce qui a ralenti le processus. Il y a eu différents intervenants depuis cet été, dont une personne qui a quitté pour un congé de maternité, et une autre personne qui a occupé le poste temporairement. Évidemment, que l’on peut comprendre cela, mais ç’aurait été bien d’avoir des nouvelles avant», ajoute-t-elle.
Selon la citoyenne qui a contacté le jdv en premier lieu, si la ruelle El’Dorado avait l’air «aménagée » quand le photographe du jdv est passé, c’est tout simplement parce que les résidants dont les logis donnent sur la ruelle ont gagné un concours de mobilier urbain pour ruelles vertes.
«C’est un concours dont nous avons appris l’existence par l’entremise de l’Infolettre de Ville en Vert plutôt que par la coordonnatrice des ruelles vertes, qui, elle, ne s’est jamais donné la peine de nous informer dudit concours. De nouvelles ruelles vertes pour 2020? Une annonce précoce si on se fie à l’avancement des quatre ruelles qui devaient être aménagées en 2019 et qui ne le sont toujours pas.»

Pourquoi ça fonctionne ailleurs?

La personne qui a informé le jdv de la situation en premier lieu se questionne:
«Les ruelles vertes étant solidement implantées dans d’autres arrondissements de la ville, qu’est-ce qui justifie une telle lenteur du processus dans Ahuntsic?», dit-elle.
À ce sujet, Mme Beaud peut témoigner, de son côté:
«J’habitais dans Rosemont-La-Petite-Patrie avant, et les ruelles vertes, il en pleuvait! Je ne sais pas qui en est responsable là-bas, et je ne connais pas leur processus non plus, mais je pensais que le processus irait un peu plus vite ici que ce que nous avons connu. Nous essayons de nettoyer régulièrement notre ruelle, et notre comité est assez actif, ajoute Mme Beaud. Mais, si rien ne se passe, c’est difficile, souligne-t-elle, de garder la motivation citoyenne!»
Elle rapporte par ailleurs que les plans qui leur ont été présentés à trois reprises, à trois moments différents, représentaient en partie seulement des modifications qu’ils avaient demandées et dont on n’avait pas tenu compte dans l’élaboration de nouveaux plans.
Par ailleurs, comme nos lecteurs et lectrices peuvent le constater sur les photos, les travaux des trois autres ruelles choisies pour être aménagées en 2019 n’ont pas encore été entamés au 22 octobre.

Un engagement citoyen à long terme

Jointe par le jdv, la mairesse Émilie Thuillier mentionne d’entrée de jeu que l’aménagement de ruelles vertes prend du temps, et que c’est ainsi pour tous les arrondissements.

La mairesse précise que, de façon générale, les travaux (ex.: excavation, etc.) dans les installations (ex.: parcs) ou les ruelles se font à l’automne, pour que les gens puissent profiter de leur environnement durant les mois d’été. Mais les travaux dans les rues se font dès le mois de mai, durant l’été et l’automne.

La mairesse explique ainsi les délais d’aménagement des ruelles choisies pour 2019, et du programme des ruelles en général.

« Tout d’abord, il faut savoir qu’une fois que le projet de ruelle est retenu, c’est un processus qui prend quand même quelque temps à se concrétiser, dit la mairesse. Les travaux d’excavation, par exemple, commencent généralement à l’automne qui suit l’annonce du choix des ruelles retenues, mais avant il y a l’arpentage, la préparation des plans avec les résidants. Et durant l’été qui suit la préparation des plans, on laisse les gens profiter des installations ou de leur ruelle. C’est pour ça que l’excavation se fait à l’automne,  alors que pendant l’hiver précédent, les devis se préparent pour l’appel d’offres qui inclut généralement l’ensemble des ruelles pour le choix d’un entrepreneur, ce qui peut prendre un certain temps.»

Par la suite, les travaux de plantation se font au printemps qui suit, sans doute pas avant, dit-elle. Et tout ça prend du temps. À terme, le projet peut durer deux ans à se concrétiser.

Dans le cas de la première vague des ruelles choisies pour le programme des ruelles vertes de l’arrondissement (dont les quatre ruelles nommées plus haut pour 2019), elles devraient être complétées en 2020. La deuxième vague, soit celles choisies en 2019 et annoncées récemment, seraient prêtes en 2021, par exemple.

 

Mme Thuillier est consciente que les gens ont commencé bien en amont à préparer leur projet, pour le présenter au programme des ruelles vertes. Parfois, ça peut être deux ans à l’avance, ce qui fait qu’au bout du compte, ça peut sembler long, tout ça, dit-elle.

«Mais une ruelle verte, avance la mairesse, c’est beaucoup plus que des plantations! C’est la construction de liens sociaux, d’une dynamique sociale dans une partie d’un quartier. C’est la prise en charge de leur milieu par les résidants, ajoute-t-elle. Et la ruelle leur permettra d’entretenir ces liens par la suite.»

Mme Thuillier admet d’emblée qu’il faut que les délais soient mieux expliqués et communiqués aux citoyens, soit par Ville en vert –qui gère et met en oeuvre le programme– ou par l’arrondissement.

«On m’a prévenu que les travaux d’excavation pour la première vague de quatre ruelles du programme de l’arrondissement –celles  qui ont été choisies en 2018–  commenceront le 11 novembre, précise-t-elle. Et au cours des prochains mois, à l’arrondissement, nous aurons également à faire le bilan du programme», signale-t-elle.

Ruelle Hélène-Desportes (Photo : jdv – Samuel Lapierre)
Ruelle Charles-Baril (Photo : jdv – Samuel Lapierre)
Ruelle St-Hubert-Péloquin (Photo : jdv – Samuel Lapierre)

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le coin des commerçants – Semaine du 22 novembre 2019

La Promenade Fleury Une initiation au « zéro déchet » Le jeudi 28 novembre…

Le coin des commerçants – Semaine du 13 décembre 2019

La Promenade Fleury Le Père Noël en visite sur La Promenade Ce…

Pénurie de logements locatifs: des citoyens craignent le pire

L’arrivée de l’été rime bien souvent avec déménagement. Comme chaque année, des…

Stop! La sécurité des écoliers bientôt bonifiée

Marie-Claude Plante, présidente du conseil d’établissement de l’école François-de-Laval que fréquente sa…