à gauche en haut : George Kevorkian (coiffeur), Judy Martin ( fondatrice du Fonds ‘La cloche’), Stepania Torossian (coiffeuse et ancienne élève de l’école) , Léna Kadian (directrice de l’école), Marie Hovannessian (enseignante responsable des Tshirts) assis(e) de gauche à droite, les volontaires : Patil, Taline, Mgrdich, Arthur, Alik, Sylvie

Arthur, Mgrdich, Alik, Taline, Patil et Sylvie. Ce sont les six braves étudiant(e)s de l’École arménienne Sourp Hagop dans Cartierville qui se sont porté(e)s volontaires au Défi têtes rasées 2017. Chacun d’eux, chacune d’elles a une motivation bien particulière qui l’a mené à participer à cet événement. Ils ont mérité les applaudissements nourris et l’admiration de leurs camarades, des parents d’élèves et de tout le personnel de l’école qui a organisé cet événement en collaboration avec le Fonds «La cloche» de la Fondation du cancer des Cèdres du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Journaldesvoisins.com est allé à la rencontre de ce beau monde en pleine effervescence solidaire…

29 novembre, après-midi. L’émotion était palpable dans l’amphithéâtre de l’École arménienne Sourp Hagop, bondé d’élèves, responsables, enseignants et parents venus assister au Défi têtes rasées mettant en vedette quatre filles et deux garçons dans la fleur de l’âge qui ont décidé de se porter volontaires pour offrir leurs cheveux en guise de dons aux enfants atteints du cancer.

« Ces enfants qui endurent les pénibles traitements contre la maladie alors qu’il devaient être sur le banc de l’école comme nous », pour reprendre les termes de Arthur, 17 ans, 5e secondaire.

Pour ce jeune syrien d’origine arménienne, arrivé à Montréal il y moins de deux ans, depuis le Liban où il avait émigré en compagnie de sa famille, pour se soustraire aux drames de la guerre, sa participation au défi porte un message :

« Au lieu de financer l’armement et les guerres, il faut investir dans la recherche scientifique comme celle qui vise à trouver des remèdes à la maladie du cancer et à faire en sorte qu’il n’y ait plus d’enfants qui soient privés de l’école que ce soit par la maladie ou…par la guerre ! »

Son camarade, Mgrdich, 17 ans, 5e secondaire, abonde dans le même sens.

« Le fait d’avoir vécu la guerre a amplifié en moi le sens du devoir d’apporter aide et soutien à ceux qui sont dans le besoin. Je suis tellement heureux que le Défi me donne la précieuse opportunité de mettre en pratique cette conscience. Et j’en suis ravi », dit-il, en promettant de se prêter encore une fois à l’exercice l’année prochaine.

Les braves volontaires passent à tour de rôle sous les ciseaux des coiffeurs, sous les applaudissements et les encouragements de la salle (Photo: courtoisie)

Pour un sourire !

« Ma décision de participer au Défi a été prise le jour où j’ai visionné une vidéo montrant une fille se coupant les cheveux et les offrant à une patiente du cancer. Le sourire qui s’est alors dessiné sur sa figure m’a tellement touché. Il habite, depuis, mon imagination », raconte, avec une profonde émotion, Taline, 16 ans, 4e secondaire, comment est né en elle le désir de contribuer à la cause.

Alik, 15 ans, secondaire 4, souligne, quant à elle, le rôle qu’ont joué ses souvenirs d’enfance.

« Dans ma famille, quand j’étais petite, je me souviens que cette maladie revenait souvent dans les discussions. Maintenant, j’ai cette opportunité de faire quelque chose pour exprimer ma solidarité avec les patients du cancer », dit-elle, mentionnant que des membres de sa famille sont décédés à cause de cette maladie. « C’est, également, à leur mémoire que je fais ce geste. »

Ces témoignages en disent long sur l’intérêt de pareils événement socio-caritatifs dans l’éveil de la conscience citoyenne-solidaire, comme nous l’avons constaté chez les plus jeunes, du primaire, de cette adorable groupe de volontaires qui annonce un Québec de plus en plus divers, solidaire et inclusif et….encore plus beau.

Écoutons Sylvie, 11 ans, dans sa pureté originale, avec une voix qui se cherche, mais avec beaucoup d’enthousiasme :

« Je suis heureuse de faire ça… parce que j’aime aider les gens qui ont cette maladie….et puis, c’est une très bonne expérience pour moi ! »

Ou encore, Patil, 10 ans, qui, portée par le sentiment de peine qu’elle ressent, à la vue d’un enfant perdant ses cheveux du fait du traitement par chimiothérapie :

« J’ai hâte de voir le sourire qui se dessinera sur les visages des enfants quand ils recevront ces dons. »

Patil, la plus jeune, tout excitée à l’idée que son ‘petit sacrifice’ tracera un large sourire sur le visage d’un patient.

L’esprit solidaire est payant !

Cette troisième participation de l’École arménienne Sourp Hagop au Défi têtes rasées, qui se tient à travers le Quebec tout au long de l’année depuis 2001, a permis également de mettre à contribution les jeunes volontaires en compagnie de plusieurs autres étudiants dans la collecte de fonds pour la cause, via  la vente de plusieurs centaines de T-shirt.

Ils ont amassé plus de 2000 $. Aussi, les élèves de l’école contribuent à la trousse du réconfort offerte par le Fonds «La cloche» et qui contient une douillette couverture en molleton avec un compartiment​ pour y glisser les pieds afin de les garder bien au chaud durant le traitement, une bouteille d’eau réutilisable, un bloc-notes, un stylo et des bonbons à la menthe pour apaiser la gorge et éliminer le goût métallique que certains patients ressentent durant le traitement et un magazine.

« Nos élèves participent à cette trousse de réconfort par des centaines de cartes portant souhaits de prompt rétablissement. Ils font ainsi  part de leurs sentiments de compassion à l’égard des patients souffrant du cancer par des mots pleins de tendresse et de beaux dessins », indique la directrice de l’école, Lena Kadian.

Elle évoque les bienfaits pédagogiques de cette activité dans l’éducation à la citoyenneté positive.

« Le Défi têtes rasées, comme les autres activités socio-caritatives auxquels participe l’école, telle que la collecte de dons en cette période de Noël pour la Fondation Corbeille, permet à nos étudiants de prendre conscience de l’importance des valeurs de la solidarité dans la vie sociale », dit-elle.

Alik, 15 ans: sa participation est aussi un hommage aux êtres chers emportés par la maladie. (Photo: courtoisie)

Mme Kadian se réjouit de voir, par exemple, les deux jeunes Syriens arrivés à Montréal il y a moins de deux ans, faire preuve d’une aussi bonne volonté de s’intégrer à la société d’accueil et de redonner à la communauté en reconnaissance de la solidarité et du bon accueil dont ils ont bénéficié, comme plusieurs autres étudiants qui ont eu la chance de partir loin du drame syrien.

Arthur, 17 ans, envoie ainsi un message contre la guerre et pour un monde meilleur. (Photo: courtoisie)
Mgrdich, 17 ans: la guerre lui adonné un sens accru du devoir d’aider. (Photo: courtoisie)

 

Taline, 16 ans, prend sa petite sœur Patil, 10 ans, dans ses bras. La joie immense d’avoir accompli quelque chose de noble. (Photo : courtoisie)

À noter que l’École arménienne Sourp Hagop a reçu depuis trois ans une centaine de jeunes syriens dont 18 sont actuellement en classes d’accueil au primaire. Journaldesvoisins.com a d’ailleurs déjà relaté leur présence à l’École arménienne Sourp Hagop, par le passé, dans deux articles, dont un dans son magazine papier, et un autre ici.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Gilles Arcand et Michèle Champagne s'apprêtent à déguster un potage de betterave à la table de La Corbeille - Crédit Leila Fayet

Nouveau concept à La Corbeille: resto, café, et plats à emporter

Au 5080, rue Dudemaine, de 9 h à 16 h, les nouveaux…

Parc des Hirondelles: les travaux ont pris leur envol et atterriront à la belle saison

La première phase des travaux de réaménagement est bien avancée, et les…

Un investissement de taille pour le Stade Gary-Carter

Les amateurs de baseball de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville pourront se réjouir : jeudi…

Hommage à Hélène Charbonneau, une grande dame qui a fait beaucoup pour les jeunes d’ici

J’avais 11 ou 12 ans et, dans mes souvenirs, je suis abonnée…