Mélissa de La Fontaine, conférencière au quatrième Rendez-vous citoyens du jdv dont le thème porte sur le zéro déchet (Photo: Fabrice Gaëtan )

Le quatrième Rendez-vous citoyens du jdv a lieu lundi 18 novembre, en soirée, à la Maison de la culture Ahuntsic! Y serez-vous?  La rencontre est animée par le journaliste Alain Gravel alors que nous recevrons la conférencière Mélissa de La Fontaine, qui viendra voir avec nous si nous pouvons…tendre vers le zéro déchet. J’ai déjà abordé ce sujet dans une de mes chroniques Éco-pratico du journaldesvoisins.com.

Fin des années 80: nous habitons une coopérative d’habitation. L’écologie et l’environnement commencent à être dans l’air du temps… Quelques associations vouées à la protection de l’environnement existent depuis les années 70, mais leurs propos alarmistes ne sont pas vraiment pris au sérieux.

Dans la coopérative, mon conjoint met sur pied une activité de recyclage de papier. Il apporte le papier recyclé à un organisme communautaire qui le vend à une compagnie de recyclage comme moyen de financement… Une autre époque!

La consommation, impact négatif

Peu à peu, la société réalise que l’activité et la consommation humaine, particulièrement dans les pays industrialisés, génèrent de plus en plus de déchets qui ont un impact négatif et important sur l’environnement et qu’une grande partie de ces déchets pourraient être traités différemment. C’est le début des « 3RV » : réduire, réemployer, recycler et valoriser (compostage).

Années 90… les municipalités mettent sur pied des programmes de gestion des «matières résiduelles ». Montréal commence par l’installation de « cloches vertes » dans lesquelles les citoyens viennent eux-mêmes déposer leur papier, carton, verre, boîtes de conserve.

L’effet des gaz à effet de serre (GES) sur la planète est surtout connu des milieux scientifiques, mais encore peu média-tisé dans la population en général. Ou quand il l’est, c’est pour conscientiser les citoyens, et parfois les entreprises, à agir pour protéger la planète. De nombreux livres et guides sont publiés pour inciter les citoyens à être écolos et à poser des gestes écoresponsables : Sauvons la terre, Sauvez votre planète, Le guide vert des consommateurs, etc.

À la maison, nous essayons de faire notre part, par exemple en utilisant des produits de nettoyage maison. Nous réévaluons notre consommation en général en suivant le plus possible les 3RV.

On fait le saut?

Métro lance alors les premiers sacs d’épicerie réutilisables que j’utilise pour la plupart de mes achats (je les ai encore!), mais ça ne se généralise pas dans tous les magasins et le mouvement s’essouffle. Des composteurs domestiques sont vendus par les municipalités à leurs citoyens à petit prix et, à certains endroits, des barils d’eau de pluie également. Nous les utilisons pour jardiner le plus écologiquement possible.

Depuis la collecte sélective à domicile s’est répandue partout, et des écocentres permettent le réemploi et le recyclage d’articles et de matières qui ne peuvent être mis dans les bacs de recyclage, bien que, parfois, des difficultés surgissent pour l’écoulement de ces matières.

Une deuxième génération de sacs réutilisables est lancée au milieu des années 2000 par les supermarchés, jointe à l’imposition, dans certains magasins, de frais pour les sacs en plastique, et cette fois ça fonctionne; une grande partie des consommateurs font le saut.

L’espoir, encore là

Est-ce à cause des frais… ou parce que l’information scientifique qui circule nous fait de plus en plus prendre conscience de l’impact négatif des GES sur le réchauffe-ment de la planète? L’espoir est encore là, et les initiatives écoresponsables des compagnies, des municipalités, des gou-vernements sont populaires auprès de nombreux citoyens.

Lorsque Béa Johnson publie son livre sur le « zéro déchet » aux États-Unis en 2010, elle lance un mouvement qui deviendra populaire partout dans le monde. Elle frappe l’imagination avec son bocal conte-nant les déchets générés par sa famille pendant un an…

Son livre est traduit en 25 langues et une version adaptée au Québec est publiée en 2014. Elle pousse plus loin les 3RV en y ajoutant un nouveau R bien important : refuser. Peut-être somme-nous mûrs pour ce mouvement, car plus conscientisés?

Zéro déchet: le vent dans les voiles

Lorsque la collecte de résidus alimentaires est implantée dans plusieurs quartiers, elle est en général bien accueillie et même réclamée dans les quartiers qui n’en bénéficient pas encore.

Le mouvement zéro déchet a maintenant le vent dans les voiles.

De nombreux livres sont publiés sur le sujet, divers produits sont offerts aux consommateurs (certains dénaturant parfois le concept du zéro déchet, mais plusieurs étant des initiatives vraiment écoresponsables), un festival zéro déchet a même vu le jour en 2017 à Montréal. Du côté des entreprises, des efforts sont faits également.

Et voilà que nous recevons l’auteure du livre Tendre vers le zéro déchet, Mélissa de La Fontaine, ce 18 novembre au quatrième Rendez-vous citoyens!

Venez en parler avec nous; le jdv vous attend!

 

 

Il reste seulement quelques  billets!

À qui la chance…

 

 

Cette chronique a été publié pour la première fois dans le mag papier du journaldesvoisins.com au printemps 2019. Elle a été modifiée pour cet article.

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le coin des commerçants – Semaine du 29 mars 2019

Fleury Ouest Le FLO-Fest a eu lieu le week-end dernier. Le tout…

Nouveau projet de partage de véhicules dans Ahuntsic-Cartierville

Un nouveau projet de partage de véhicules à échelle communautaire s’implantera au…

Le service d’autobus de Montréal fête ses 100 ans !

  C’est le garage Legendre de la STM situé dans Ahuntsic-Cartierville qui…
Autobus électrique de la STM

Davantage de bus électriques à Montréal

Les sociétés de transports de Montréal et Laval ont annoncé, le 19…