La mairesse de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, Emilie Thuillier. (Photo: François Robert-Durand).

L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville prévoit dépenser un peu plus de 60 millions de dollars en 2022 pour son budget de fonctionnement en plus d’investir quelque 7,1 millions de dollars dans le cadre de son programme décennal d’immobilisations (PDI).

Adopté en conseil extraordinaire le 25 novembre, le premier budget du second mandat de l’administration Thuillier s’inscrit dans la continuité du Plan stratégique 2018-2021 et prévoit également des mesures pour mitiger les impacts de la pandémie de COVID-19 dont les effets continueront vraisemblablement à se faire sentir en 2022.

La part du lion aux travaux publics

Les travaux publics, qui sont responsables de la voirie et des parcs, accapareront la majeure partie du budget de l’arrondissement cette année encore.

Près de 25 millions de dollars ou 41 % du total iront ainsi à la direction des travaux publics.

Les élues comptent notamment s’attaquer à l’apaisement de la circulation et « poursuivre l’amélioration du réseau cyclable, de l’installation de mesures de sécurisation aux abords des écoles, et des mesures d’apaisement de circulation dans tous les quartiers de l’arrondissement », indique la mairesse Emilie Thuillier.

Des dépenses sont également prévues en lien avec les travaux de réaménagement de plusieurs parcs.

Les autres principales directions de l’arrondissement ne seront pas en reste, avec un budget oscillant entre 10 et 12 millions.

Si l’essentiel de la hausse des dépenses s’explique par l’indexation des salaires des employés de l’arrondissement, de nouvelles dépenses s’ajouteront l’an prochain.

« On vient améliorer vraiment l’offre de services de manière incroyable dans Cartierville avec l’ouverture du Centre culturel et communautaire de Cartierville, qu’on appelle communément le “4c” », souligne la mairesse Thuillier.

Un budget de fonctionnement de près de 350 000 dollars est prévu pour le fameux 4c qui doit ouvrir l’an prochain.

Un équilibre… créatif

Pour équilibrer ses dépenses, l’arrondissement mise sur une augmentation minime de 0,2 % de la taxe locale.

Les propriétaires d’un condo de valeur moyenne (262 300 $) ne devraient voir leur facture augmenter que de 2,71 $ en 2022, tandis que les propriétaires d’une résidence unifamiliale de valeur moyenne (588 100 $) feront face à une hausse de 12,08 $, précisent les documents de présentation du budget.

Même combinée à une indexation de 1 % des transferts de la Ville-centre, cette modeste hausse n’est pas suffisante pour boucler le budget.

L’arrondissement prévoit donc affecter une partie de son surplus de gestion de 2021 pour financer ses dépenses en 2022.

« Les villes ont l’obligation de faire un budget équilibré – nous on n’a pas le droit comme les gouvernements de faire des déficits – et donc on a une pression vraiment supplémentaire et en ce moment. Le budget de l’arrondissement, on doit le finaliser pour le transmettre à la Ville-centre pour ensuite faire le budget de la Ville et donc nous devons équilibrer notre budget », explique Emilie Thuillier.

Gilles Laroque, comptable retraité et habitué du conseil, demeure dubitatif.

« C’est la première fois, d’abord, qu’on inscrit l’utilisation de surplus dans les revenus! », s’étonne-t-il.

Après avoir passé au peigne fin les chiffres présentés par l’arrondissement, le citoyen a par ailleurs décelé une erreur dans les documents de présentation du budget.

L’arrondissement indique que son budget 2022 est de 1,03 % plus élevé que celui de 2021, alors que l’augmentation de 1,7 millions de dollars représente en réalité une hausse de près de 3 % par rapport au budget de 58,6 millions l’année dernière.

Étant donné qu’il s’agit d’une simple erreur de calcul sans incidence comptable, le citoyen ne s’en est pas formalisé outre mesure.

« Je tiens à vous dire merci de l’avoir déposé cette année sur le site Internet quelques heures avant le conseil, les deux dernières années, on avait couru après puis on ne l’avait pas eu! », rappelle Gilles Laroque.

Des investissements dans le béton…

En plus de ses dépenses de fonctionnement, l’arrondissement prévoit investir plusieurs dizaines de millions de dollars dans le cadre de son programme décennal d’immobilisations (PDI).

« Dans les dernières années on parlait plutôt d’un programme triennal avec des dépenses sur trois ans. Nous avons changé ça l’année dernière pour avoir vraiment une vision beaucoup plus à long terme », note la mairesse Emilie Thuillier.

Le nouveau programme décennal permet à l’arrondissement de se donner « une vision à long terme » tout en planifiant les immobilisations à court et à moyen terme.

En 2022, plus de la moitié des quelque 71 millions prévus au PDI pour 2022 ira au programme de réfection routière (55%).

Le programme de réfection routière inclut l’entretien et le réaménagement des rues de l’arrondissement, mais aussi l’implantation de mesures d’apaisement de la circulation, comme les dos d’âne et la reconstruction des trottoirs et des bordures de rue.

« On va continuer à le faire en 2022 », fait savoir la mairesse.

Contrairement au budget de fonctionnement qui finance principalement des services et des salaires, le budget d’immobilisation finance surtout des infrastructures et des aménagements tangibles.

…et dans la verdure!

« Vous le voyez aussi, au fur et à mesure, se réaliser dans vos quartiers », souligne la mairesse en évoquant les nombreux réaménagements de parcs aux quatre coins de l’arrondissement.

Pour cause, l’aménagement des parcs est le second poste d’investissement avec 35% du budget d’immobilisations.

« Depuis quatre ans, on s’est vraiment attelé à faire des consultations publiques avant chaque réaménagement de parcs. Donc, vous l’avez vu : une année il y a une consultation publique, une rétroaction et l’année suivante, bien on fait des travaux », explique Emilie Thuillier.

En 2022, des travaux sont prévus au parc Ahuntsic, au parc des Hirondelles, au parc Avila-Vidal, au parc d’Auteuil, au parc Zotique-Racicot ainsi qu’au parc Saint-Simon.

Les travaux en cours dans ce parc du district Saint-Sulpice visant notamment les aires de pique-nique et de détente, une butte à glisser, un terrain de soccer et une piste de course étaient initialement prévus pour 2020-2021, mais devraient être complétés l’an prochain.

Interrompus pour la saison hivernale, les travaux de réfection de l’étang et d’aménagement du skatepark du parc Ahuntsic devraient également être terminés en juin 2022.

« On va refaire complètement le parc Avila-Vidal qui en avait bien besoin », ajoute la mairesse.

Une consultation publique s’est tenue cette année sur le réaménagement de ce petit parc jouxtant l’école Alice-Parizeau dans Bordeaux-Cartierville.

La consultation publique sur le réaménagement parc Zotique-Racicot dans Ahuntsic a également porté fruit.

« On va doter la population de ce petit secteur d’un module de jeux pour les enfants, parce qu’il n’y en avait pas », indique Emilie Thuillier.

Le parc Henri-Julien poursuivra quant à lui sa cure de jouvence avec une réfection de la pataugeoire et du pavillon des baigneurs.

Les investissements majeurs au parc Henri-Julien sont d’ailleurs financés en partie grâce à des subventions de la Ville-centre.

En 2022, la ville bonifiera d’ailleurs de quelque 4,5 millions les immobilisations de l’arrondissement, portant le total des investissements locaux à plus de 11,6 millions de dollars.

Des réserves qui portent fruit

Fort des surplus accumulé ces dernières années, l’arrondissement peut également compter sur des réserves importantes pour faire face aux imprévus.

« Dans les dernières années des surplus ont été faits chaque année, donc on les verse dans des réserves de l’arrondissement qui sont bien déterminées et ce sont des réserves qu’on peut utiliser pour différents projets », se félicite la mairesse.

Depuis le 1er janvier 2021, l’arrondissement a ainsi affecté 6,8 M$ de ses réserves accumulées pour financer des projets.

Les principaux projets financés à même les réserves sont l’aménagement du Centre culturel et communautaire de Cartierville «4C» (2,3 millions de dollars), le Projet « Un arbre abattu, un arbre planté » (895 000 $), la construction de quelque 150 dos d’âne dans les rues et ruelles de l’arrondissement (730 000 $), le verdissement des saillies et banquettes de trottoir (344 000 $), le programme des ruelles vertes (274 000 $).

Après avoir affecté 613 000 $ pour équilibrer le budget 2022 et investi près de 320 000$ pour financer l’ameublement du nouveau « 4C », plus de 10 millions de dollars demeurent dans les réserves.

« Il y a une assez grande stabilité dans l’état des réserves », assure Emilie Thuillier qui note qu’elles sont passées de 11,8 M en 2019 à 10,7 M en 2021.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Quatre ans après sa disparition, Ahuntsic-Cartierville n’oublie pas Ariel

En mars 2018, l’arrondissement était frappé par une nouvelle des plus tristes…

La vaccination ralentit, mais la COVID-19 aussi

Plus tôt cette semaine, le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal a pris la décision…
Phase 2 PIC lancement

PIC, des millions de dollars pour juguler la pauvreté

La deuxième phase du Projet impact collectif (PIC) dotée de 21,5 M$…

Félix Rhodes: un jeune Ahuntsicois qui s’illustre au soccer!

À seulement 11 ans, Félix Rhodes a vu 19 pays – et…