Un panel a animé une discussion lors de l’événement Femmes en affaires au 1 Chabanel. (Photo: Loubna Chlaikhy, JDV)

Pour la deuxième année consécutive, un événement Femmes en affaires a été organisé au 1 Chabanel par ClickSpace, en partenariat avec la Banque Scotia. Des femmes cheffes d’entreprises ainsi que la mairesse de l’arrondissement étaient présentes pour promouvoir l’entrepreneuriat au féminin. 

Au 8e étage du 1 Chabanel, une vue plongeante sur la ville en arrière-plan, une quarantaine de femmes ont participé à l’événement Femmes en affaires vendredi dernier (8 décembre). «Dans ma carrière, j’ai souvent été la seule femme dans la pièce, donc c’est un honneur aujourd’hui d’être entourée de vous toutes. D’ailleurs, nous avons tenu à ce que tous les prestataires de cet événement soient des entreprises dirigées par des femmes», souligne Margaux Chetrit, directrice générale de ClickSpace, qui offre un espace de travail réservé aux femmes.

Cheffes d’entreprise, avocates, notaires, représentantes d’organismes… Toutes étaient là pour rencontrer d’autres femmes en affaires. Elles ont pu échanger des contacts, des conseils, des retours d’expérience et écouter les témoignages inspirants des panélistes.

La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville

«J’ai beaucoup de respect pour ce que vous faites en tant que femmes, vous êtes vraiment une richesse pour notre métropole. En politique, les femmes sont sans doute plus présentes que dans le monde des affaires, donc je vous remercie de participer à ce rayonnement», a déclaré Emilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville qui a œuvré pour l’octroi d’un congé parental aux élus l’année dernière.

Emilie Thuillier, mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, était l’invitée d’honneur de l’événement Femmes en affaires. (Photo: Loubna Chlaikhy, JDV)

Car si les femmes sont de plus en plus nombreuses dans le monde des affaires, elles ne représentent encore que 30,6 % des dirigeants d’entreprises au Québec en 2019-2020, selon Statistique Canada.

La force des réseaux sociaux

Animée par Aurélie Sauthier, présidente de Made In, la discussion a mis en lumière les envies, défis, épreuves et succès de femmes aux profils très différents. Un point commun: avoir pris le pari de lancer leur propre entreprise.

«Si vous avez envie d’entreprendre, il faut se faire confiance, se lancer et être passionnée », témoigne Rym Elias. La jeune femme a fondé l’entreprise Retyche avec sa sœur Rita. Le site en ligne de ces deux passionnées de mode propose des vêtements, chaussures et accessoires de luxe en seconde main. Elles misent notamment sur les réseaux sociaux en lesquelles elles perçoivent une réelle occasion d’affaires. «Pour nous, c’est une obsession. On les traite comme un magasin à part entière. Aujourd’hui, n’importe qui peut se lancer sur les réseaux sociaux. C’est un travail acharné, mais il ne faut pas abandonner », recommande Rym Elias.

Comme elle, Lila Rousselet utilise les réseaux sociaux pour mettre en lumière son entreprise de textiles écologiques fabriqués à Montréal. «À Montloup, on exploite nos plateformes pour faire de l’éducation sur la fabrication des tissus. On montre comment on travaille et on reçoit beaucoup de retours», confie-t-elle.

Durant plus d’une heure, alors que leur public profite du dîner offert, Elisa Faulkner, fondatrice et designer de sa propre collection de vêtements, Nancy Bishai, vice-présidente d’APP Group, et l’animatrice de télévision Sonia Benezra ont prodigué leurs meilleurs conseils.

Événement réussi dans une ambiance conviviale, empreint de sororité et de bienveillance. «C’était une discussion très intéressante et inspirante. Ça fait du bien de voir que c’est possible d’entendre des femmes qui veulent aider d’autres femmes plutôt que d’être dans une compétition malsaine », témoigne une jeune participante.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Louer ou acheter? Le livre de Stéphane Desjardins fait jaser

Rédacteur en chef du Journal des voisins, Stéphane Desjardins est également journaliste…

Agriculture urbaine: une question sociale avant d’être économique

Compter sur l’agriculture urbaine pour assurer la sécurité alimentaire dans une ville…

Clickspace pour elle: un espace de travail pour les femmes au District Central

Clickspace pour elle est un centre d’affaires connecté et numérique pour les…

Le futur est en 3D

Née dans les années 1980, l’impression 3D n’est pas nouvelle, mais elle…