Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Site Louvain Est

Une bonne consultation, malgré un peu de frustration

Publié le 14/11/2018
par Jules Couturier

Photo: JDV – Philippe Rachiele

Le samedi 10 novembre, Solidarité Ahuntsic organisait une grande assemblée publique portant sur le redéveloppement du Site Louvain Est. L’église Saint-Isaac-Jogues était pleine à craquer de citoyens et membres d’organismes ahuntsicois concernés par ce projet qui suscite une mobilisation citoyenne depuis maintenant dix ans. Il s’agissait de la deuxième grande assemblée de cette nature au même endroit. Journaldesvoisins.com y était.

Le président de Solidarité Ahuntsic, André Gravel, la mairesse de l’arrondissement, Émilie Thuillier, et la députée de Maurice-Richard, Marie Montpetit, ont tous pris la parole en début de rencontre pour souhaiter la bienvenue aux quelque 150 citoyens présents.

Dans leur discours, tous ont fait part de l’ampleur de ce projet qu’est le redéveloppement du Site Louvain Est et tous paraissaient très optimistes, se réjouissant de la « belle mobilisation » dont ils étaient témoins. Plusieurs ont souligné le fait que les meilleurs projets sont issus de la consultation publique et l’importance de définir ensemble les besoins de l’arrondissement. La mairesse Émilie Thuillier a informé les citoyens que le Site Louvain était dans un des neuf sites prioritaires pour la Ville de Montréal.

Un comité de pilotage à l’écoute des citoyens

Rappelons qu’un comité de pilotage du projet a été créé en février 2018 avec le mandat de réfléchir et de formuler une vision et une proposition de redéveloppement du Site Louvain Est. La résolution du conseil d’administration de Solidarité Ahuntsic du 28 février 2018 disait vouloir « proposer une mode de gouvernance citoyenne pour piloter le projet et veiller au respect des besoins exprimés par les citoyens d’Ahuntsic ».

Ce que Solidarité Ahuntsic cherche à créer est un « écoquartier » autour d’un pôle d’innovation communautaire et d’économie sociale. L’organisme aimerait y retrouver des infrastructures de mobilité variées, différents types de logements répondant aux besoins d’une clientèle diversifiée avec au moins 20 % de logements abordables et 20 % de logements sociaux et communautaires, une bibliothèque, un centre communautaire, une école primaire, un centre de la petite enfance, des parcs, des espaces verts, une place publique, des commerces de proximité et des espaces voués à l’agriculture urbaine.

« Le projet se veut novateur par sa forte collaboration avec les citoyens, cette idée d’y travailler en collectivité plutôt qu’avec un fournisseur comme ce fut le cas à Angus », disait Mme Thuillier.

Soutien Alzheimer - Des fêtes pour tous : Info ici!

Publicité

Discussion par groupes de travail

Pour ce faire, Solidarité Ahuntsic propose de mettre sur pieds différents groupes de travail composé de 15 ou 20 citoyens du quartier pour réfléchir à des possibilités pour le redéveloppement du site.

Ces groupes de travail ont été lancés à la rencontre de samedi dernier alors que les citoyens présents à l’église Saint-Isaac-Jogues ont été invités à se regrouper en sous-groupes pour discuter autour de cinq grands enjeux :

  • Cultiver notre jardin;
  • Savoir, culture et apprentissage;
  • Habiter : Au-delà du logement
  • Impulser des projets d’économie sociale;
  • Partage et gestion des espaces et des équipements.

Photo: JDV – Jules Couturier

Plusieurs idées intéressantes ont émané des discussions que les citoyens ont eues.

Les citoyens veulent un endroit avec une offre de service alimentaire où seraient mis en valeur l’autosuffisance, le partage, des produits abordables et des possibilités de rencontre autour de l’alimentation. Le tout, exploitable quatre saisons.

Les citoyens veulent également un plus grand accès à la culture avec notamment un lieu culturel sur le site Louvain pour la musique, le théâtre et tout autre type d’activités artistiques. Ils veulent démocratiser la culture en la rendant gratuite. Ils veulent une structure souple pour faire place à la créativité. Ils veulent un plus grand partage d’expertise, avec notamment des spécialistes pour tous les arts dans les écoles. Finalement, ils veulent s’assurer que les lieux communautaires ne retournent pas au secteur privé.

Le groupe de discussion autour du logement considère la mixité essentielle au logement social et favorise une mixité d’âge, de revenu, de religion, de physique, dans le respect et l’entraide. Il juge insuffisante la demande de 20 % de logements sociaux mentionnée plus tôt dans la rencontre. Raphaël Rebelo, porte-parole de Québec Solidaire dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, était présent à la rencontre. Il a ajouté que les logements dits abordables devaient l’être réellement pour éviter la gentrification.

« Pas seulement abordable pour un couple de professionnels, mais aussi pour les gens avec un salaire inférieur à 20 000 $ par année », a-t-précisé.

Le groupe sur l’impulsion de projets d’économie sociale et celui sur le partage et la gestion des espaces et des équipements ont tous deux fait des propositions de rassemblement et de collaboration.

En décembre, les groupes de travail élargis autour de ces cinq enjeux devraient être formés et les activités pourraient débuter.

Photo: JDV – Philippe Rachiele

Appel à des réponses plus concrètes

Claude Beaulac, chargée de projet du redéveloppement du Site Louvain Est, espère disposer d’ici le début de 2020 d’une planification du projet et d’ici quatre ans d’un portrait concret de ce qui sera fait.

Lors de la période de questions, ces approximations ne semblaient pas satisfaire tous les citoyens. Plusieurs ont demandé des réponses plus précises concernant les délais, les coûts ou différents autres enjeux reliés au projet. Claude Beaulac, Émilie Thuillier, et l’animatrice de la journée, Carole Brousseau, ont répété à plusieurs reprises qu’ils étaient en période de réflexion et qu’il fallait réfléchir tous ensemble.

Bref, malgré un déroulement généralement très bon de la journée, un sentiment de frustration était perceptible chez certains citoyens présents. En raison de la forte participation et du temps limité, plusieurs d’entre eux n’ont en effet pas eu l’occasion de poser leurs questions.