(Photo : Julien Gauthier Mongeon)

Dans le secteur industriel Chabanel, en plein cœur du District central, un immense terrain vague remplace l’ancienne usine de fabrication de munitions, «Montreal Works», qui a été détruite il y a maintenant un peu plus d’un an. Récemment, un OBNL du quartier décidait d’occuper les lieux le temps d’un été. La raison : construire un village éphémère pour revitaliser ce quartier hautement industriel en faisant mieux connaître les artisans et les entrepreneurs qui y ont pris racine.

Le terrain vague, avec son allure rocailleuse, recèle quelques stands qui donnent un peu de vie à cet endroit normalement peu fréquenté.

Le village éphémère BUNKR (pour bunker) est situé à l’intersection de l’Esplanade et de la rue Louvain Ouest.

D’une durée de deux mois, le village sera ensuite démantelé.

Une entreprise locale

C’est l’entreprise à but non lucratif Expérience collective qui a donné naissance à ce projet de revitalisation locale qui a reçu l’aval de l’arrondissement, lequel a accepté de prêter le terrain pour une durée de quelques semaines.

« Le site appartient à l’arrondissement. C’est le terrain où sera éventuellement emménagée la cour de service et les services municipaux. Mais comme l’arrondissement n’est pas encore prêt à construire, nous avons prêté le terrain à cet organisme », explique Pierre Desrochers, conseiller de Saint-Sulpice et président du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Un village éphémère

« Chabanel est un quartier très industriel qui a plein de potentiel. Il y a beaucoup de commerçants et de marchands qui n’ont pas d’endroit où se réunir. Chaque matin, moi et mes collègues voyions cet immense terrain et nous nous sommes dits qu’il fallait faire quelque chose pour permettre aux gens d’avoir un endroit pour discuter, pour échanger et pour se rencontrer », affirme Virginie M. Savoie, responsable des relations publiques de BUNKR.

Le site du village éphémère qui n’occupe qu’une infime portion de terrain de l’ancienne usine de munitions a en apparence très peu à voir avec l’héritage historique porté par ce haut lieu emblématique du quartier.

C’est que l’objectif du projet est avant tout de stimuler la fibre entrepreneuriale du secteur en créant un lieu d’innovation rassemblant artistes, créateurs et entrepreneurs locaux.

« Les entreprises voisines, les commerces locaux et les marchands étaient très excités par le projet. Beaucoup nous ont appelés et nous ont proposé leurs services pour aider à construire et à installer les kiosques. Il s’agissait à la fois de promouvoir leurs œuvres tout en aidant à la confection du site. En tout, vingt entreprises différentes nous ont aidés à confectionner et à aménager le site », explique Mme Savoie.

Un village, mais pour qui?

Outre le milieu entrepreneurial et artistique, les autres secteurs d’activités semblent peu représentés sur le site, le milieu communautaire brillant par son absence.

Parmi la dizaine de stands qui occupent les lieux, on retrouve des artisans locaux tels que La Fabrique Allwood qui a offert sa contribution pour créer le mobilier artisanal du site. La brasserie Vagabond qui offre de la bière de microbrasserie dans une dizaine de bars et de restaurants de l’arrondissement figure en bonne place au cœur du village.

De l’argent offert par l’arrondissement

Lors de la réunion de juin du conseil d’arrondissement, le projet s’est vu accorder un montant de 15 000$ pour mener à bien l’installation des stands des quelques 20 entreprises présentes sur le site.

« Ce type de mobilisation de la communauté d’affaires contribue à la qualité de vie des travailleurs et visiteurs. L’installation d’un village éphémère permet de créer un lieu de rencontre et de réseautage entre les entreprises présentes dans le district et d’inciter d’autres à choisir ce quartier d’affaires », peut-on lire dans le sommaire décisionnel.

La Société de développement commercial (SDC) dans le secteur Chabanel a aussi accueilli d’un œil favorable le projet du village.

Des conférences ainsi que des cours sont offerts en journée, tandis que des prestations musicales ont lieu en soirée. Rencontré par journaldesvoisins.com, l’artiste Félix de Passillé préparait sa prestation qui devait avoir lieu le soir même de notre visite sur le site.

Bien d’autres artistes sont à l’affiche pour les deux prochains mois. D’ailleurs, la programmation intégrale des spectacles et des activités est disponible sur leur site et à l’adresse Facebook du Village BUNKR.

« Il reste encore des plages horaires pour septembre si des artistes souhaitent se produire. On essaye d’avoir une programmation musicale diversifiée en fonction du type de personnes qui viennent sur le site », explique Alexis Simoneau, responsable de la programmation musicale.

Expérience collective

Expérience collective est enregistrée au registre des entreprises du Québec (REQ) depuis le 23 mai dernier.

Bien que les trois administrateurs de l’entreprise ne résident pas à Ahuntsic-Cartierville, l’adresse des bureaux de l’entreprise se trouve dans l’arrondissement au 55, rue de Louvain Ouest.

Pour réserver un stand, les gens peuvent se rendre à l’adresse suivante.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Éditorial – Réapprendre à vivre ensemble

L’année 2022 commence à peine. Peut-on dire que le monde revient progressivement…

Questions d’argent: le salaire variable de nos élus

En novembre dernier, la nouvelle mairesse de Longueuil, Catherine Fournier, a soulevé…

Pas de poste de police après 19h dans Bordeaux/Cartierville

Alors que Montréal mène une réflexion sur l’avenir de ses postes de…

Le fédéral allonge 60 000 $ pour la Promenade Fleury

Grâce à une contribution de 60 000 $ obtenue du gouvernement fédéral,…