Voie active et sécuritaire (VAS) sur l’avenue Christophe-Colomb en juillet 2020. (Photo: Philippe Rachiele, JDV)

Le chiffre qui coiffe ce texte est évidemment le titre d’un célèbre roman de Georges Orwell. Il désigne aussi une année importante pour le cyclisme à Montréal. 

Ladministration Drapeau-Lamarre, réagissant à des années dactions militantes de groupes comme Le Monde à bicyclette et au travail de lobbyisme de Vélo-Québec, lançait la construction de la première piste cyclable pour la pratique utilitaire du vélo à Montréal. 

Cest dans notre arrondissement que les travaux pour créer un axe de circulation sécuritaire du nord au sud de l’île commencèrent. Le segment Gouin-Crémazie, sur lavenue Christophe-Colomb, est en effet le premier tronçon à avoir été aménagé. Du boulevard Henri-Bourassa à la rue Sauvé, le mail central est enlevé et une piste bidirectionnelle est aménagée du côté ouest de la chaussée.

Malgré son succès pendant des décennies, cette piste demeure un couloir isolé plutôt que la colonne vertébrale dun véritable réseau cyclable. La conception du cyclisme comme activité récréative demeure depuis longtemps ancrée profondément au sein des administrations municipales. 

On aime pédaler!

Laugmentation de popularité du vélo à Montréal, comme mode de transport personnel depuis une dizaine dannées, est néanmoins évidente. Le plus remarquable est lextension de la pratique du vélo en hiver.

Lapparition du Réseau express vélo (REV), dont laxe 1 emprunte les rues Berri et Lajeunesse dans notre arrondissement, apporte enfin un élément réellement structurant au réseau local. Cela contribue largement au succès des pistes sur les rues Sauriol et Prieur. La qualité des aménagements des pistes unidirectionnelles du REV met dorénavant plus crûment en lumière les déficiences importantes au niveau de la sécurité de la piste de lavenue Christophe-Colomb.

Tous les usagers de lavenue Christophe-Colomb, quils soient piétons, cyclistes ou automobilistes, connaissent les trop fréquentes interactions périlleuses à plusieurs intersections, notamment Henri-Bourassa, Sauvé, de Louvain, Legendre, Émile-Journault et surtout Crémazie.

La VAS (voie active sécuritaire) sur le boulevard Christophe-Colomb Nord, coin Crémazie, à l’été 2020. (Photo : Séverine Le Page, JDV)

En voulant isoler les cyclistes de la circulation, les planificateurs des années 1980 en ont trop fait dans certains secteurs. Les cyclistes croisent ainsi au dernier instant la circulation automobile aux intersections entre de Louvain et Émile-Journault. Cela les rend peu visibles et provoque un effet de surprise désagréable lorsqu’ils apparaissent dans le champ de vision des automobilistes. 

L’élément le plus stressant pour tous les types dutilisateurs est la pratique du virage vers louest par les automobilistes qui arrivent du sud. Le peu de temps laissé pour exécuter ce virage à la fin des cycles des feux de circulation induit des manœuvres précipitées et risquées. Il en résulte de violentes collisions. Si dans le cas des automobilistes les dommages sont souvent des blessures, ces interactions peuvent être mortelles pour les piétons et cyclistes.

L’effet COVID

L’instauration rapide des Voies actives sécuritaires (VAS) temporaires, à l’été 2020, durant la pandémie, nous a donné un magnifique aperçu des avantages dun réseau avec des pistes unidirectionnelles de chaque côté de la chaussée. 

Parmi toutes les VAS qui ont été mises en place cet été-là, les aménagements sur Christophe-Colomb ont été parmi les plus populaires. Cela en démontrait la réelle nécessité. Une manifestation de plusieurs centaines de cyclistes à lappel dAhuncycle avait dailleurs demandé leur maintien. 

Manifestation «Roulons sur Christophe-Colomb» en septembre 2020 pour pérenniser la Voie active et sécuritaire (VAS). (Photo: Philippe Rachiele, archives JDV)

Les piétons et cyclistes de larrondissement seront heureux de voir se concrétiser dès cette année le réaménagement de lavenue Christophe-Colomb avec des pistes unidirectionnelles de chaque côté de la chaussée.

Il est à espérer que les aménagements y seront à la hauteur de ceux du REV. Les intersections doivent devenir plus sécuritaires pour tous. Il faut donc que les interactions y soient prévisibles, que la visibilité des piétons et cyclistes soit favorisée et que les cycles des feux de circulation soient soigneusement planifiés. 

Espérons aussi quune bonne place sera faite à la végétalisation et à la perméabilisation des sols là où cest possible, notamment entre Émile-Journault et Crémazie du côté ouest. 

Une inquiétude demeure: que le transport collectif soit le grand négligé de ce projet. Lavenue Christophe-Colomb a également besoin dun circuit dautobus continu à bonne fréquence, comme solution de rechange à lautomobile. 

Ce texte a été publié dans la version imprimée du Journal des voisins, le Mag papier d’avril-mai 2023, à la page 39. L’auteur de cette chronique Vert… un avenir possible, Jacques Lebleu, est photographe, artiste visuel, militant écologiste et membre de la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Luis Gini: cultiver l’appartenance et la solidarité

Installé à Ahuntsic-Cartierville par hasard en 1972, Luis Gini est revenu plus…

Dans la tête du prof – Éloge de la lecture

Le journal La Presse rapportait récemment le cri du cœur de nombreux…

Une page d’histoire – Henri Bourassa n’était pas n’importe qui

Henri Bourassa n’aurait pas reculé devant une discussion houleuse au sujet de…

Dans la tête du prof – Plaidoyer pour une école incarnée

La pandémie a été marquée par l’enseignement en ligne. Plutôt que de faire…