Creux de vague (Pixabay: libre de droits)

Après avoir été en tête des arrondissements montréalais les plus touchés par la quatrième vague de la COVID-19, Ahuntsic-Cartierville enregistre une nouvelle baisse de la transmission.

Selon le rapport hebdomadaire de la Direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal, Ahuntsic-Cartierville est l’arrondissement qui a enregistré la plus forte baisse des nouveaux cas depuis deux semaines (-181 par rapport aux deux semaines précédentes), tandis que Bordeaux-Cartierville est pour sa part le secteur de voisinage ayant enregistré le plus important ralentissement dans les 14 derniers jours (-114 cas par rapport aux 14 jours précédents).

Un creux de vague

Avec 45 nouveaux cas dans la dernière semaine, Ahuntsic-Cartierville présente un taux d’incidence hebdomadaire de 33,52 cas par 100 000 habitants. C’est la première fois depuis le début de la quatrième vague que le taux d’incidence dans l’arrondissement est inférieur à celui qui prévaut dans l’ensemble de Montréal (43,71 %).

Toujours en baisse, le taux de positivité dans l’arrondissement s’établit à 3,3 %. Alors qu’il était demeuré supérieur à celui de la métropole depuis la fin août, le taux de positivité dans Ahuntsic-Cartierville est exactement au même niveau que celui de toute l’île de Montréal.

Le niveau de transmission communautaire actuel est comparable à celui observé à la fin de la troisième vague en juin.

Bon indicateur de la circulation du virus, le nombre de cas dans les écoles de l’arrondissement est également comparable à celui observé à la fin de l’année scolaire 2020-2021. Le Centre de services scolaire Montréal (CSSDM) ne rapportait que 10 élèves infectés dans les écoles publiques francophones du quartier en date du 14 octobre.

Selon les données de la collecte nationale du ministère de l’Éducation, un peu moins de la moitié des écoles situées dans Ahuntsic-Cartierville comptaient tout de même des cas actifs en date du 13 octobre.

Plusieurs écoles se sont ajoutées à la liste ou ont rapporté de nouveaux cas et d’autres s’y ajouteront lors d’une prochaine mise à jour, dont l’école Sophie-Barat où s’est déclaré un cas ces derniers jours, comme le rapportait COVID Écoles Québec, jeudi.

Un retard vaccinal presque comblé

Dans l’ensemble, le ralentissement dans la courbe des cas reflète une nette progression dans la couverture vaccinale depuis la fin de l’été. Alors que moins de 75 % des 12 ans et plus étaient adéquatement vaccinés en date du 31 août, cette proportion s’élève maintenant à près de 85 %, selon les dernières données de couverture vaccinale, mises à jour par la DRSP en date du 12 octobre.

Si un rattrapage demeure à faire chez les 12-17 ans, qui ne sont encore que 67,5 % à être adéquatement vaccinés, la cible de 75 % de vaccination à deux doses est maintenant dépassée chez les 18 ans et plus.

La clinique de vaccination de masse d’Ahuntsic-Cartierville a fermé ses portes cette semaine, sur le boulevard Henri-Bourassa Ouest (ancien Loblaws), mais des cliniques éphémères ont été déployées jeudi et vendredi dans à des endroits stratégiques dans Ahuntsic et Bordeaux-Cartierville.

La localisation est généralement choisie en fonction de la couverture vaccinale par secteur, mais le JDV n’a pas été en mesure d’obtenir les données sur la couverture vaccinale par secteur de voisinage, la DRSP n’ayant pas répondu à une demande en ce sens.

Vaccination obligatoire repoussée pour le personnel de la santé

Le taux de vaccination des employés du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de Montréal atteint désormais 95 %, indique le bureau des relations médias et des affaires publiques du CIUSSS.

Cela signifie donc qu’environ 700 des quelque 14 000 membres du personnel du CIUSSS ne sont pas encore adéquatement vaccinés.

« On ne peut pas changer d’idée. La vaccination, pour moi, c’est la solution », martelait le ministre de la Santé, Christian Dubé, en conférence de presse à Sacré-Cœur la semaine dernière.

Confronté à des risques de rupture de services, notamment dans les milieux de vie et de soins pour aînés, Québec est depuis revenu sur sa décision et a repoussé d’un mois la date butoir à partir de laquelle les employés non-vaccinés seront suspendus sans solde.

« La date ayant été repoussée, le plan de réorganisation devra s’adapter à la réalité au 15 novembre, car les chiffres devraient avoir changé à cette date. Notre objectif demeure que les usagers reçoivent les soins et services », assure la porte-parole du CIUSSS, Emilie Jacob.

Paradoxalement, les visiteurs qui souhaitent se rendre au chevet de leurs proches dans des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ou à l’hôpital devront désormais se munir du passeport vaccinal, alors que le personnel qui travaille dans ces milieux n’est pas tenu d’être vacciné.

Les éclosions sous contrôle

Lors de la conférence de presse de vendredi dernier, le ministre Dubé avait admis que le « système a été fragilisé » par la pandémie et que le réseau était encore frappé de plein fouet par le virus.

« On a encore des éclosions dans des CHSLD, on a encore des écolsions dans des RPA », a souligné le ministre de la Santé pour justifier le recours à la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé.

Le CIUSSS du Nord-de-l’Île est d’ailleurs celui qui comptait le plus d’éclosions à Montréal en date du 12 octobre, selon le rapport sur les éclosions actives de la DRSP.

Sept éclosions, totalisant 77 cas étaient déclarées dans ce rapport, dont quatre en CHSLD comptant pour quarante cas.

Les données quotidiennes du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), indiquent toutefois que les éclosions en milieu de vie et de soins pour personnes âgées dans Ahuntsic-Cartierville sont en bonne voie de se résorber. En date du 13 octobre, il ne restait plus qu’une poignée de cas actifs au CHSLD Saint-Joseph de la providence.

Le rapport de la DRSP sur les éclosion actives faisaient toujours état d’une éclosion en centre hospitalier, à laquelle 26 cas étaient liés.

« L’éclosion à l’Hôpital Jean-Talon a été levée, il y a présentement cinq cas dans cet hôpital », indique la porte-parole du CIUSSS, Emilie Jacob.

Le CIUSSS indique qu’il y a présentement 12 membres du personnel qui sont infectés dans tout le CIUSSS, mais précise que ces cas « ne sont pas nécessairement liés aux éclosions en milieux de soins ».

Le nombre d’hospitalisations demeure pour sa part relativement stable avec trente  personnes hospitalisées en lien avec la COVID-19 dans les trois hôpitaux du Nord-de-l’Île en date du 13 octobre, selon les données du MSSS. De ce nombre, un peu moins du tiers sont aux soins intensifs.

Plusieurs nouveaux décès sont survenus depuis deux semaines, portant le bilan total à 490 morts depuis le début de la pandémie dans Ahuntsic-Cartierville.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

La médaille de l’Assemblée nationale à un résident de Notre-Dame-de-la-Merci

Robert Tremblay, résident du Centre d’hébergement et de soins de longue durée…

En direct de la Ferme de rue: Composer avec la chaleur

En juillet, il y a pas mal de choses qui se passent…

COVID-19 : écoles et hôpitaux sous pression dans Ahuntsic-Cartierville

Le début de la troisième vague se fait sentir dans l’arrondissement, notamment…
face-masks-or-respirators-725x483

Transmission de la COVID-19 à l’hôpital : un manque de préparation en cause?

Au pic de la première vague, 125 personnes ont été hospitalisées à…