Pancarte sur la porte du bureau de Mélanie Joly concernant les précautions à prendre avant d’entrer pour éviter la propagation du Coronavirus (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Le plus récent état de situation de la Direction régionale de la santé publique (DRSP) de Montréal fait état de 926 nouveaux cas dans Ahuntsic–Cartierville entre le 22 décembre et le 4 janvier. L’arrondissement se classe, encore un fois, parmi les arrondissements qui ont connu les plus fortes hausses depuis deux semaines.

Dans son bilan hebdomadaire, la DRSP rapporte 12 nouveaux décès survenus dans les 28 derniers jours, portant le nombre total de décès à 388 dans Ahuntsic-Cartierville.

Selon les données qui figurent à l’État de situation des cas actifs et des décès, au moins 10 de ces décès seraient survenus dans des milieux de vie et de soins pour aînés de l’arrondissement, où plusieurs éclosions se sont déclarées au cours des dernières semaines.

Plusieurs milieux de vie pour aînés en situation critique

Au 6 janvier 2021, on dénombrait 89 cas dans une vingtaine de CHSLD ou de résidences pour pour aînés (RPA) d’Ahuntsic-Cartierville, selon une compilation réalisée par le JDV à partir des données publiées par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

« Le territoire du CIUSSS NIM compte plus de 7000 lits au total, quand on regroupe toutes les RPA. Or, nous avons actuellement 48 cas de COVID parmi tous ces établissements. Cela nous indique que la situation, malgré tout, demeure sous contrôle », fait pour sa part valoir Marie-Hélène Giguère, porte parole du Centre intégré universitaire de Santé et des Services sociaux (CIUSSS) du Nord de l’Île-de-Montréal.

De ce nombre, on retrouve sept cas liés à l’éclosion au Pavillon des bâtisseurs, avenue Bois-de-Boulogne, qui demeure en situation critique, selon les critères du MSSS, c’est à dire que plus de 25 % des résidents y sont atteints.

Deux RPA sont aussi classées comme étant en situation critique par le MSSS, soit la résidences Les Cèdres de l’Acadie. Une éclosion majeure y compte 10 cas actifs, soit près du tiers des résidents, et a fait un décès. Sur Papineau, le Manoir St-Joseph, qui était sous haute surveillance avec 11 cas actifs et un décès au 5 janvier est passé hier en situation critique avec huit nouveaux cas qui se sont ajoutés, portant le nombre de résidents atteints à 35 %.

Deux autres éclosions importantes sont également considérées sous haute surveillance à la résidence Nouveau-Bordeaux (sept cas actifs, 22 % des résidents atteints), au Manoir l’Acadie (six cas, 21 % des résidents atteints).

« Le CIUSSS NIM est en soutien constant auprès de ces milieux de vie : contact téléphonique quotidien, visites et service conseil en matière de prévention et de contrôle des infections, etc », indique Marie-Hélène Giguère qui précise par ailleurs que la résidences les Cèdres, la résidence Nouveaux-Bordeaux et le Manoir l’Acadie partagent les mêmes lieux physiques.

Plusieurs autres installations sont par ailleurs sous surveillance au MSSS.

Les RPA suivantes figurent sur la liste en date du 6 janvier : La Résidence Christ-Roi (un cas actif), Les résidences tournesol (six cas), Ahuntsic (deux cas, nouvellement déclarés), Chartwell, Bois-de-Boulogne (trois cas), Manoir Gouin (un cas), Résidence L’Amitié Saraguay, Carrefour fleury 2 (deux cas dont un nouvellement déclaré) et Les jardins Millen (un cas).

Le MSSS surveille aussi la situation au CHSLD Cartierville (où on rapporte 13 cas actifs et un décès), St-Joseph de la Providence (quatre quatre cas, un décès), Légaré (trois cas), Laurendeau (deux cas), Notre Dame de la Merci (un cas).

« En fonction des recommandations de la Santé publique, il est possible d’isoler un ou des résidents sur une unité et de constituer une zone chaude locale. Toutefois, dans certaines circonstances, principalement quand le confinement à la chambre s’avère difficile à respecter, certains résidents sont dirigés en zone chaude au CHSLD Laurendeau », explique Marie-Hélène Giguère que précise que c’est ce qui a été fait pour les résidents du CHSLD Cartierville atteints par la COVID.

La vaccination avance

Les usagers des CHSLD sont parmi les clientèles prioritaires de la campagne de vaccination contre la COVID-19 qui a débuté il y a trois semaines. Le CIUSSS indique avoir vacciné, au 4 janvier, 1580 résidents. L’opération de vaccination a été complétée dans les CHSLD Laurendeau et Légaré le 5 janvier, ce qui porterait le bilan à près de 2000 usagers vaccinés à ce jour, estime le CIUSSS.

La campagne de vaccination se poursuit dans les différentes installations, avec une vaccination des résidents du CHSLD Cartierville aujourd’hui. Le CIUSSS prévoit avoir vacciné l’ensemble de la clientèle hébergée d’ici le 14 janvier.

« Pour les membres du personnel, nous sommes autour de 1000 [vaccins administrés] en ce moment », fait savoir la porte-parole du CIUSSS, Marie-Hélène Giguère.

La progression de la contamination chez les travailleurs de la santé particulièrement était une préoccupation majeure à la fin de l’année dernière.

« Avant les fêtes, la situation était sous tension, mais toujours sous contrôle. On sentait que ça s’en venait de plus en plus difficile », commente Alexandre Paquet, président par intérim du syndicat des travailleurs et travailleurs du CIUSSS du Nord-de-l’Île (STT-CIUSSS-NIM).

Il souligne qu’avec la mise en isolement d’un nombre croissant d’employés infectés ou en attente de résultats de tests, la dotation des installations en personnel représente « une gymnastique quotidienne ».

« Le nombre de travailleurs retirés pour un test positif commence, recommence à grimper de manière importante comme au printemps passé », s’inquiète Alexandre Paquet.

La DRSP n’avait pas été en mesure de fournir au JDV le nombre de cas actifs actuellement déclarés chez les travailleurs de la santé du territoire au moment de publier. À la mi-décembre, on faisait état de 733 employés du réseau de la santé qui avait été infectés par la COVID dans Ahunstic-Cartierville depuis le début de la pandémie, dont près de 200 l’ont été depuis le début de la deuxième vague en septembre.

[Précision : les données sur le nombre de travailleurs de la santé atteints concernent les employés du réseau qui demeurent dans Ahunstic-Cartierville, mais qui peuvent travailler n’importe où dans le réseau. Le CIUSSS note que le nombre d’employés infectés dans ses installations est relativement faible comparativement au pic de 1000 employés contaminés qui avait été atteint au plus fort de la première vague, et que la situation demeure sous contrôle.]

Recrudescence des éclosions et hausse des hospitalisations

Selon le rapport sur les éclosions actives publié par la DRSP, il y avait une demi-douzaine d’éclosions en milieu hospitalier sur le territoire du CIUSSS du Nord au 5 janvier qui sont liées à 46 cas. Le CIUSSS assure qu’aucune éclosion ne concerne les usagers des centres hospitaliers, et on peut donc en déduire qu’une cinquantaine de travailleurs y ont été contaminés.

Le CIUSSS a confirmé faire face à une éclosion parmi les employés de l’urgence de l’Hôpital Fleury, mais il n’a pas confirmé quelles autres unités hospitalières sont touchées par des éclosions.

Selon des informations obtenues par le JDV, en plus de l’éclosion à Fleury, des éclosions se sont déclarées à l’urgence et à l’unité 4D (unité de médecine interne) de l’Hôpital du Sacré-Cœur, ainsi que dans une unité de l’Hôpital Jean-Talon.

Le CIUSSS fait face à ces multiples éclosions alors même qu’il absorbe une hausse importante des hospitalisations en lien avec la COVID-19.

« Nous avons 69 patients au total qui sont hospitalisés pour la COVID dans notre CIUSSS, dont 11 sont aux soins intensifs », indique Marie-Hélène Giguère.

Il s’agit d’une augmentation de plus de 100% par rapport au nombre d’hospitalisations rapportées à la mi-décembre.

Couvre feu dès samedi 20h

C’est dans ce contexte de progression fulgurante de la pandémie que le gouvernement du Québec a annoncé mercredi de nouvelles mesures de confinement, incluant l’imposition d’un couvre feu qui prendra effet samedi.

Il sera donc interdit, sous peine d’amende, de quitter sa résidence entre 20 h et 5 h  du matin, à moins d’avoir certaines raisons précises de circuler, comme, par exemple, pour promener son chien.

La fermeture des entreprises et des commerces non essentiels sera prolongée de quatre semaines et les commerces essentiels devront fermer à 19h30, à l’exception des pharmacies et des stations service. Les comptoirs pour emporter des restaurants devront aussi fermer à 19h30, mais les services livraison pourront être maintenus.

Le retour à l’école se fera comme prévu à compter de lundi pour les élèves du primaire, mais sera retardé d’une semaine pour les élèves du secondaire qui devront désormais porter un masque de procédure à l’école plutôt qu’un couvre-visage en tissu.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
insta_FROBERTDURAND_17022021-063911

Les photos de la semaine – Le soleil à l’honneur!

Photos d’actualités? Ou des photos qui font jaillir les beautés cachées du…

Le coin communautaire – Semaine du 29 janvier 2021

Programmation en ligne du CFSE Le Centre des femmes solidaires et engagées…

Arbres coupés à la façon Castor au Parc Nicolas-Viel

Fin août, au Parc Nicolas-Viel, Monique Doyon, résidante du quartier, se promène…

COVID-19 : les indicateurs passent au jaune dans Ahuntsic-Cartierville

Pour la première fois en neuf mois, Ahuntsic-Cartierville a enregistré moins de…