Le fondateur du Festival Joat, Handy Hyacinthe. (Photo: courtoisie)

 Le Mois de l’histoire des Noirs qui s’est terminé hier est l’occasion de mettre en valeur de jeunes entrepreneurs dynamiques et impliqués dans leur communauté. Handy Hyacinthe est un entrepreneur issu de la communauté haïtienne qui sait inspirer les jeunes par son art.

Le Journal des voisins vous présente le deuxième entrepreneur de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville lui aussi membre de l’organisation Muntu, à Ahuntsic-Cartierville, qui personnifie très bien le thème du Mois de l’histoire des Noirs de 2024: «l’excellence des personnes noires». Hier, nous présentions Ohemaa Adom Koranteng.

Handy Hyacinthe

Handy Hyacinthe danse depuis qu’il est tout jeune. Il a appris dans son quartier avec ses amis et a perfectionné son art avec des mentors aux États-Unis. Il a fait sa marque dans le monde de la danse contemporaine dans un style venu principalement des États-Unis, le street dance. On peut le traduire par danse de rue; plus spécifiquement dans le cas de Handy, il fait du popping. Le street dance est une danse vernaculaire afro-américaine devenue populaire aux quatre coins du monde dans les années 1970.

Leader de sa communauté

Handy a participé à plusieurs compétitions internationales et est devenu un leader dans le monde la danse au Canada. Il est passé de danseur à chorégraphe et producteur d’événements en mettant sur pied le festival JOAT.

Il a aussi participé en tant que chorégraphe au spectacle de l’émission Révolution de 2023. JOAT est le plus grand festival de street dance au Canada et le plus important pour les productions d’événements en Amérique du Nord.

Le street dance, un style de danse de plus en plus populaire. (Photo: courtoisie Festival JOAT)

Festival JOAT

Le festival existe depuis 10 ans; il loge depuis 2 ans au Quartier des spectacles et à la Place des Arts. L’organisme Danse danse est le coproducteur du festival JOAT, ce qui assure une plus grande visibilité à cet art de la rue méconnu et souvent ignoré du monde de la danse institutionnel.

«Mon objectif est de promouvoir l’excellence du street dance, de démocratiser ce style, souligne Handy. Malgré tous les préjugés, l’influence de ce style de danse est importante. Je désire mettre de l’avant le street sans le dénaturer, en gardant son authenticité. Les participants de ce style sont surtout issus de la diversité à hauteur de 80 % et particulièrement d’Afrodescendants. La diversité est partie inhérente de la culture.»

Le festival JOAT a attiré plus de 30 000 visiteurs en 2023, 250 artistes de plusieurs disciplines ont participé et 45 activités ont eu lieu, tout ça en 7 jours. Cette année, le festival se tiendra du 27 août au 2 septembre.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Une nouvelle murale aux portes de la Promenade Fleury

La murale «La porte ou”verte”» constitue la troisième œuvre urbaine d’envergure de…

Cartierville: premier vernissage réussi à la nouvelle galerie d’art Locart

La toute nouvelle galerie d’art de Cartierville, appelée le Locart, a fait…

L’exposition Points de suspension à découvrir à la galerie EISODE

La galerie d’art EISODE ouvre sa nouvelle programmation avec l’exposition Points de…

De la Bulgarie au Québec, l’incroyable quête de liberté de Sonia Anguelova

Originaire de Bulgarie, l’Ahuntsicoise Sonia Anguelova publie Je vous entends parler aux…