Véro et Gabriel, travailleurs sociaux de l’organisme RAP Jeunesse, reçoivent Alain, itinérant depuis deux ans, dans leur unité mobile baptisée l’Accès-Soir. (Photo: Loubna Chlaikhy, JDV)

Acteurs invisibles de l’aide aux personnes itinérantes, les travailleurs sociaux œuvrent au quotidien sur le terrain. À bord du camion de l’Accès-Soir, ou à pied, ils sillonnent sans relâche l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville. Reportage.

Au volant d’un camion blanc, Véro part à la rencontre des plus vulnérables. Ce soir-là, elle est accompagnée par Gabriel qui est travailleur social à temps plein à l’Accès-Soir, comme elle, et Rachel, travailleuse de rue. 

Tous trois partagent les mêmes valeurs de «justice sociale», de «solidarité», et ont choisi cette voie par «vocation». «On fait ce métier par passion, pas pour l’argent», souffle Véro. Le milieu communautaire et social est en effet connu pour ne pas être très payant. Il faut dire que les organismes survivent souvent avec des moyens limités et dépendent essentiellement des subventions publiques. 

Pour autant, les travailleurs sociaux sont essentiels. «Sans eux, je pense que je ne serai plus là aujourd’hui», assure celui qui se fait appeler Raccoon, un homme de 55 ans dont la rue est la maison depuis de nombreuses années. Tous ceux qui ont croisé la route de ces travailleurs dévoués le confirment, leur soutien est inestimable.

Une équipe mobile

Sous le pont de l’autoroute 40, au croisement de l’avenue Christophe-Colomb et du boulevard Crémazie, le camion de l’Accès-Soir de l’organisme RAP Jeunesse se gare pour son deuxième arrêt de la soirée. Du mardi au vendredi, l’équipe mobile se rend en différents points de rendez-vous de l’arrondissement. Objectif: rejoindre les gens les plus précaires, briser l’isolement, faire de la prévention. Chaque soir, ils reçoivent 20 personnes en moyenne. 

Le véhicule de l’Accès-Soir devant les bureaux de RAP Jeunesse, rue Laverdure. (Photo: François Robert-Durand, archives JDV)

Dès l’arrivée du camion, Alain, qui vit dans un campement depuis deux ans, entre se réchauffer. «Je viens chaque fois voir cette gang quand je suis là! C’est la meilleure chose pour nous de les avoir pour parler, boire un café, avoir mon courrier, tout ça», assure celui qui était camionneur.

Après des années de travail, un accident de la route le rend incapable de rester en emploi. Les dettes, les loyers impayés, et l’éviction inéluctable de son appartement. «Je suis sur la liste d’attente pour avoir un logement social, mais je n’y crois plus, je vais rester là jusqu’à mourir s’il le faut, mais je n’irai pas dans les hébergements d’urgence où on se fait voler nos affaires», désespère-t-il…

Pendant une heure, Véro, Rachel et Gabriel lui apportent ce qui lui manque le plus: la chaleur humaine. Autour d’un café bien chaud, ils prennent de ses nouvelles, discutent de tout et de rien comme on le ferait avec un ami. Rejoints par un autre homme en situation d’itinérance, les travailleurs l’accueillent avec un sourire et un café. 

Une mission de prévention

Avant de reprendre la route vers leur prochain arrêt, ils leur proposent de repartir avec un sac garni selon la demande de chacun. «En fonction de leurs besoins, on donne de la nourriture, des vêtements de dépannage au besoin, des produits d’hygiène… On a aussi du matériel d’injection ou d’inhalation, et toute une gamme de condoms», explique Gabriel. 

L’Accès-Soir a en effet une mission de prévention de la propagation des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS). Très bien organisé, le camion compte de nombreux placards dans lesquels se trouve tout le nécessaire.

Une fois par mois, une infirmière de proximité se joint à l’Accès-Soir pour proposer des dépistages ITSS et une vaccination contre les hépatites A et B. Ce service de santé publique est offert à l’arrêt de Parc-Extension une fois par mois. Enfin, l’Accès-Soir a aussi des arrêts communs avec l’équipe de Médecins du Monde, une fois par semaine.

Ce texte du dossier Itinérance a été publié dans la version imprimée du Journal des voisins de février-mars 2024

Autres articles parus:

Les invisibles: être une femme dans la rue

Une présence de plus en plus marquée dans Ahuntsic-Cartierville

Un centre d’hébergement d’urgence bientôt à Ahuntsic

Vieillir dans la rue

Des intervenants sociaux dévoués sur le terrain

• Dossier Itinérance – Travailler pour exister: «Ça m’apporte une certaine fierté»



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Yvon Blanchet, champion de course à 68 ans

Yvon Blanchet a remporté 3 médailles d’or à 68 ans en course à pied…

Le Centre intégré de traumatologie de l’Hôpital Sacré-Cœur: déjà un an

Jeudi 15 juin, l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal célébrait la première année…
Fatiha Bouhadad soins à domicile

Dossier santé – Soins à domicile: quand l’hôpital vient à la maison

Fatiha Bouhadad est infirmière clinicienne. Elle a choisi de prodiguer les soins…

Charlotte Tassé: hommage à une oubliée de l’Histoire

L’Hôpital en santé mentale Albert-Prévost, situé à Cartierville, inaugurait le 11 mai…