Julie Roy, candidate de Projet Montréal au poste de conseillère de ville dans le district de Saint-Sulpice, et Émilie Thuillier, mairesse sortante, candidate à la mairie de l’arrondissement pour Projet Montréal (Photo: courtoisie)

Le conseil municipal de la Ville de Montréal devait donner son aval lundi 27 septembre au changement de zonage qui permettra la transformation d’un vaste terrain de 77 000 mètres carrés en un nouveau quartier.

Aboutissement d’une démarche de planification concertée et de consultation publique sur plus de trois ans, les modifications réglementaires entérinées la semaine dernière par le comité exécutif permettront d’augmenter la densité du cadre bâti sur une partie du terrain et d’autoriser la construction d’immeubles principalement résidentiels sur le site de l’ancienne fourrière municipale situé dans le quadrilatère entre les rues Louvain Est et Christophe-Colomb, St-Hubert et le chemin de fer.

Un fracture partisane se dessine?

La mairesse d’arrondissement, Émilie Thuillier, en a fait l’annonce vendredi à l’occasion d’une présentation aux médias sur la vision de son parti pour le développement de l’écoquartier Louvain Est.

La mairesse sortante, qui souhaite décrocher un second mandat à la tête d’Ahuntsic-Cartierville en novembre, a également profité de cette annonce pour présenter la candidate de Projet Montréal au poste de conseillère de la ville pour le district de Saint-Sulpice, Julie Roy.

Julie Roy explique pour sa part voir dans le projet d’écoquartier Louvain Est un modèle de transformation urbaine qui s’inscrit en phase avec sa vision d’une « transition socio-écologique » nécessaire « à l’heure de l’urgence climatique ».

« C’est juste, c’est équitable, c’est inclusif, c’est participatif », s’enthousiasme la candidate.

Cette dernière cherchera à ravir le siège du conseiller du district et candidat d’Ensemble Montréal, Hadrien Parizeau, qui n’était pas convié à cette annonce partisane.

Hadrien Parizeau, conseiller indépendant du district de Saint-Sulpice. Il se présente sous la bannière d’Ensemble Montréal aux élections municipales de novembre 2021. (Photo: François Robert-Durand)

Invité à commenter le dossier, le conseiller sortant a salué le changement réglementaire pour le site Louvain, tout en disant avoir de la « difficulté » avec l’application des nouvelles règles de zonage.

« Je suis très enthousiaste à l’idée de contribuer à faire un projet novateur pour chercher de nouvelles solutions aux problèmes environnementaux et de logement auxquels nous faisons face », indique Hadrien Parizeau.

Dans une brève déclaration écrite envoyée au JDV, le candidat d’Ensemble Montréal souligne toutefois qu’il subsiste plusieurs « interrogations » et « lacunes » dans le projet qui a fait l’objet d’une consultation publique l’été dernier.

Il estime que les voix des acteurs économiques locaux ont été « complètement ignorées» et que le projet ne jouit pas d’une grande acceptabilité chez les résidants riverains.

Selon le conseiller sortant, le projet est « canné d’avance » et prévoirait la construction d’immeubles résidentiels de trois à dix étages pouvant accueillir entre 800 et 1000 logements, dont une majorité seraient des logements sociaux.

« Je comprends plusieurs riverains qui estiment qu’une trop forte concentration de logements sociaux constitue un échec annoncé et que cela va à l’encontre des principes favorisant l’intégration », affirme Hadrien Parizeau.

Un projet bonifié suite aux consultations publiques

La mairesse Thuillier dit de son côté avoir pris acte du rapport « extrêmement positif » de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur le projet d’écoquartier, mais aussi des réticences qui ont été exprimées, notamment quant à l’impact de la construction de plusieurs centaines de logements dans le secteur.

Julie Roy souhaite pour sa part pouvoir « atténuer les craintes » exprimées par la population avoisinante, en particulier celles liées à la construction de logements sociaux, à la densification ainsi qu’à l’augmentation appréhendée de la circulation automobile.

La plupart des 30 recommandations de l’OCPM ont été intégrées en tout ou en partie dans le projet, fait valoir la mairesse sortante.

Dans certains cas, la Ville a même été plus loin que les recommandations.

Par exemple, l’OCPM recommandait d’augmenter la superficie du boisé existant de 40%.

« On va tripler la superficie du boisé », promet plutôt Émilie Thuillier.

La réglementation a également été revue afin de minimiser le nombre d’espaces de stationnement automobile sur le site du futur écoquartier. En plus de ramener le ratio minimal de stationnement à une place pour trois unités de logements, des dispositions sont prévues afin de favoriser la mutualisation des stationnements. Il ne sera donc pas obligatoire pour chaque immeuble d’avoir son propre stationnement, afin de réduire l’empreinte des stationnements sur l’ensemble du site.

De plus, le ratio dans les stationnements mutualisés pourra être inférieur à une place pour trois unités, à condition qu’une proportion des places de stationnement soient dédiées à l’autopartage.

Du « tout à l’auto» au « quartier complet »

« C’est sûr qu’il y a un clash parce qu’on passe du Domaine Saint-Sulpice qui est vraiment un quartier un peu enclavé, où les gens ont besoin de la voiture parce qu’il manque de services à ce quartier-là », reconnait Émilie Thuillier.

Contrairement au quartier existant qui est plutôt de « type banlieue » et a été conçu sur le mode « tout-à-l’auto », le futur écoquartier sera desservi par un cocktail de transports, incluant l’autopartage, les transports en commun et la mobilité active.

« On minimise les déplacements parce qu’on construit un quartier complet », résume la mairesse.

Le développement de l’écoquartier Louvain Est prévoit en effet la création d’un milieu de vie dense qui comptera une école, un centre communautaire, un pôle d’agriculture urbaine ainsi que des services de proximité.

« Ça va être vraiment un projet global qui va changer un peu la manière dont on pense le développement immobilier aujourd’hui», renchérit Julie Roy.

De la planification à la réalisation

Peu importe le résultat de l’élection municipale à venir, il n’y aura pas de retour en arrière possible, assure la mairesse sortante.

Le changement de zonage sera fait avant l’élection et si la nouvelle administration voulait changer de cap, elle porterait « l’odieux » de mettre fin aux travaux du Bureau de projet partagé qui planche sur le dossier depuis bientôt quatre ans.

« On  entre dans la phase réalisation », assure la mairesse.

Un budget de 10,5 millions de dollars a été prévu au Plan décennal d’immobilisations (PDI) 2021-2030 de la Ville de Montréal, mais ce financement est destiné principalement à « la déconstruction de certains bâtiments, la réhabilitation et la préparation du site », indique la fiche détaillée du projet au PDI.

Les modalités de financement pour les développements à venir sur le site ne sont pas encore connues.

« Il y a des montages financiers à trouver pour certaines parties, par exemple le centre communautaire », admet la mairesse Thuillier.

Elle évoque des discussions en cours avec certains bailleurs de fonds privés, publics ou public-privés, dont Centraide et Desjardins, afin de trouver le financement nécessaire à la réalisation des diverses composantes du projet, dont le pôle d’agriculture urbaine.

Émilie Thuillier souligne par ailleurs que le site Louvain est l’un des sites visés pour le développement de quelque 60 000 unités de logement abordable que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a récemment promis de soutenir par le biais d’un fonds de 800 millions de dollars.

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
jacques Lebleu
jacques Lebleu
2 Mois

Je comprends que nous sommes en contexte électoral mais l’occasion aurait été belle de souligner la résilience des citoyens qui travaillent sur ce projet depuis 2007, et du rôle fondamental de Solidarité Ahuntsic qui porte le dossier depuis près de 10 ans.Il n’y aurait pas d’annonce politique sans tout ces gens!

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Les trois candidates à la mairie d'Ahuntsic-Cartierville, Chantal Huot (à gauche), Émilie Thuillier (au centre) et Kassandre Chéry Théodat (à droite). (photomontage JDV)

[Vidéo] Présentation des candidates à la mairie d’Ahuntsic-Cartierville

Le JDV a mené une série d’entrevue éditoriales avec les candidates à…
Plus de 100 arbres et arbustes sur la voie d'accès aux gradins extérieurs du Complexe sportif Claude-Robillard, le 18 novembre 2021, au coin Christophe-Colomb et Étienne Blanchard - (Crédit Leila Fayet)

Des gradins en péril, des arbres à protéger

Aujourd’hui, s’asseoir sur les gradins extérieurs du Complexe sportif Claude-Robillard est encore…
Roger Roy brigadier durant 25 ans pour le Collège Sainte-Marcelline

Une retraite bien méritée pour le brigadier Roy, 90 ans

C’était la fête devant le Collège Sainte-Marcelline. Pensez donc! Le brigadier Roger…

Ensemble Montréal présente Chantal Huot contre Émilie Thuillier

C’est à Verdun, au parc du Quai-de-la-Tortue, que le candidat du parti…