Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Piscines publiques extérieures

Les clôtures remises aux normes

Publié le 27/02/2019
par Paul Cérat

La piscine Marcelin-Wilson (Photo: archives jdv)

Des travaux de mise aux normes des clôtures ceinturant la piscine Gabriel-Lalemant  [située rue Sauvé Est, au parc du même nom] seront effectués d’ici la saison estivale pour renforcer la sécurité, a annoncé l’arrondissement. Cette décision s’inscrit dans un vaste plan émis par la Ville de Montréal en réponse à la noyade tragique d’un jeune d’Ahuntsic-Cartierville à la piscine Marcelin-Wilson, à l’été 2018.

L’annonce fut officialisée lors du dernier conseil d’arrondissement, le 11 février dernier. La piscine Marcelin-Wilson a déjà fait l’objet des travaux nécessaires l’automne dernier, indique-t-on. Il ne reste qu’à effectuer les travaux nécessaires à la piscine Gabriel-Lalemant, au parc du même nom situé rue Sauvé Est, à proximité de la rue de Lille.

Les rénovations consisteront à changer uniquement les grillages des clôtures, les mailles étant actuellement trop grosses, elles faciliteraient l’escalade de celles-ci.

«L’ossature métallique existante (poteaux et traverses tubulaires, dispositifs de fixations, barre de tension, barrière, etc.) sera conservée et réparée si requise », indique Camille Bégin, relationniste à la Ville de Montréal.

Ce défaut des mailles des clôtures a malheureusement été découvert par la Ville après une tragédie. À l’été 2018, un jeune de 15 ans, Mohammed Ndimurwanko, est décédé, noyé dans la piscine Marcelin-Wilson, dans Ahuntsic-Cartierville. À l’origine de l’incident, le jeune homme aurait escaladé les grillages entourant la piscine Marcelin-Wilson, alors fermée, avant de sauter à l’eau où il s’est noyé.

Une surprise pour la Ville-centre

Le 19 juillet, deux jours après l’incident, la Ville de Montréal recevait un avis de la Régie du bâtiment du Québec, indiquant que les mailles du grillage de la piscine Marcelin-Wilson étaient non-conformes, la grandeur de ces mailles excédaient la mesure maximale de 38mm (1,5 po) prescrite par la loi.

À l’époque, la Ville-centre estimait que les clôtures ceinturant certaines piscines pouvaient disposer d’une exemption au respect des normes en matière de mesure maximale des mailles de grillage.

La croyance des dirigeants de la Ville de Montréal était que cette exemption s’appliquait sur les installations aquatiques construites avant 1977, année au cours de laquelle les lois sur la question ont été actualisées pour la dernière fois.

Dans ce contexte, les grillages de la piscine Marcelin-Wilson, construits en 1962, étaient jugés conformes à la loi aux yeux de la Ville. Peu après l’incident, une relationniste de la Ville de Montréal avait d’ailleurs assuré  journaldesvoisins.com que l’ensemble des piscines de l’arrondissement respectait les normes de la Régie du bâtiment du Québec.

Le problème, c’est qu’il n’existait pas d’exemption quant au respect de la grandeur des mailles des grillages entourant les espaces aquatiques de la ville. Peu importe l’année de construction des installations, les arrondissements étaient tenus de respecter les normes.

Surprise par cette découverte, la Ville-centre avait immédiatement procédé à un examen interne de presque 300 installations aquatiques pour en vérifier la conformité. Au terme de l’inspection, la Ville-centre déterminait qu’une cinquantaine d’installations montréalaises ne disposaient pas de clôture respectant les normes alors que les mailles des grillages excédaient la mesure maximale autorisée.

Dans Ahuntsic-Cartierville, ce sont les clôtures des piscines Gabriel-Lalemant et Marcelin-Wilson qui ont été pointées du doigt. Les mailles de grillages étant à 50mm , selon la Ville-centre; elle étaient donc au-dessus de la limite imposée par la Régie du bâtiment du Québec. La piscine Gabriel-Lalemant  a aussi été construite en 1962, indique Camille Bégin.

Journaldesvoisins.com est allé vérifier sur le terrain de la piscine Gabriel-Lalemant. La distance entre les mailles de la clôture est actuellement de l’ordre de 50mm. (Photo: jdv P. Rachiele)

Un plan pour garantir la sécurité

Face au mur, la Ville de Montréal a conclu à la nécessité de rénover la cinquantaine de clôtures non conformes, notamment pour garantir la sécurité des Montréalais. Avec un plan et un budget de près de 2 millions de dollars, c’est la Ville-centre qui défrayera les coûts associés aux rénovations, le problème étant généralisé sur l’ensemble du territoire de Montréal. La Ville-centre explique cette mesure face aux difficultés que rencontrent les arrondissements pour défrayer les coûts occasionnés par cette mise aux normes.

«Sans le soutien financier dans le cadre de ce programme, les arrondissements pourraient difficilement supporter l’ensemble des coûts nécessaires à la mise aux normes des clôtures ceinturant les installations aquatiques extérieures », souligne Camille Bégin.

En ce qui concerne Ahuntsic-Cartierville, comme nous le mentionnions précédemment, les travaux ont déjà été exécutés à la piscine Marcelin-Wilson.

Pour la piscine Gabriel-Lalemant, les rénovations des clôtures débuteront au mois de mars et se termineront en mai. Le renouvellement des grillages de la piscine Gabriel-Lalemant et Marcelin-Wilson totalise une somme d’environ 25000$, selon Camille Bégin.

Pour les autres arrondissements, les travaux devraient être terminés avant la saison estivale, d’après la Ville de Montréal.

« Nous travaillons rapidement afin de nous assurer que les travaux seront réalisés en majeure partie avant le début de la saison estivale pour éviter le plus possible que la baignade ne soit touchée », précise Hadrien Parizeau, conseiller associé au comité exécutif en matière de jeunesse, de sports et de loisirs, et conseiller du district de Saint-Sulpice dans l’arrondissement.