Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Projet Montréal se positionne sur le site Louvain

Publié le 01/10/2017
par Joran Collet

Devant le site Louvain, l’équipe de Projet Montréal, dans Ahuntsic-Cartierville, accompagnée de la cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante. De g. à dr.: Ramzi Sfeir, candidat dans St-Sulpice; Émilie Thuillier, candidate à la mairie de l’arrondissement; Nathalie Goulet, candidate dans Ahuntsic; Valérie Plante; Jérôme Normand, candidat dans Sault-au-Récollet; et Fadia Nassr, candidate dans Bordeaux-Cartierville. (Photo: jdv P. Rachiele)

Valérie Plante, candidate à la mairie de Montréal, et son équipe de candidats de Projet Montréal dans Ahuntsic-Cartierville ont rencontré une dizaine de citoyens de l’arrondissement vendredi après-midi. Réunis au site Louvain, ils ont exprimé leur plan concernant ce dossier.

L’équipe de Projet Montréal pour Ahuntsic-Cartierville a présenté vendredi, un plan à l’opposé de celui de Pierre Desrochers, conseiller sortant du district de Saint Sulpice, rejoignant les souhaits exposés par Solidarité Ahuntsic lors de l’assemblée citoyenne du 6 septembre dernier,  d’un terrain Louvain par et pour la communauté.

Plus de place aux citoyens

Comme le demandait le groupe communautaire lors de l’assemblée citoyenne, le projet ne serait pas directement dirigé par la Ville-Centre, selon la candidate à la mairie de Montréal.

« Nous sommes en faveur de la création d’un OBNL, afin de développer le site Louvain pour qu’il y ait une véritable prise en charge », a affirmé Valérie Plante, dès le début de la conférence de presse.

La population aura aussi son mot à dire dans la création de ce site.

« Le site Louvain, on va le développer […] avec vous », soulignait Mme Plante.

Logements abordables

Quant à la place accordée au logement  communautaire au sein de ce nouveau projet, difficile d’en connaître le nombre exact. Comme le soulignait Mme Thuillier, le site Louvain sera le fruit d‘une démarche citoyenne.

L’une des promesses de campagne de Projet Montréal est toutefois un bon indicateur puisque le parti souligne vouloir augmenter le nombre de logements communautaires dans ce genre de projet, le faisant passer de 15% à 20%. Selon Ramzi Sfeir, candidat au poste de conseiller de ville dans le district St-Sulpice pour Projet Montréal, le site Louvain offrirait donc un minimum de 20% des logements de trois chambres et plus. Émilie Thuillier, candidate à la mairie de l’arrondissement pour Projet Montréal, ne met toutefois pas de côté la possibilité que ce nombre soit plus élevé.

« Vingt pour cent, c’est ce que Projet Montréal va demander pour un promoteur privé […] on va faire plus pour le site Louvain, précise la candidate à la mairie de l’arrondissemen. On s’engage à faire plus que ce que l’on va demander aux promoteurs privés», poursuit-elle.

Le site Louvain est, depuis près de 10 ans, le lieu de nombreuses discordes entre la Ville-Centre et certains acteurs locaux et municipaux. L’administration Coderre souhaite vendre le terrain par lot et laisser aux promoteurs privés le soin de développer le secteur à leur guise. M. Desrochers avait toutefois précisé en 2016 que le taux de 15% de logements abordables serait respecté.

Création d’un quartier

Le plan proposé par l’équipe de Projet Montréal vendredi inclut la création d’un véritable quartier « exemplaire  et durable» au sein duquel, l’emphase sera mis sur les services de proximité.

«  On veut une mixité de fonctions, on ne met pas juste des logements, on met des commerces, on veut des garderies [….] on veut avoir des espaces verts […] pour avoir un quartier complet », précise la candidate à la mairie de l’arrondissement.

«  On ne veut pas que des personnes âgées marchent deux kilomètres pour arriver à un dépanneur », renchérit Ramzi Sfeir.

Le projet prévoit aussi la transformation d’un des bâtiments, qui sera épargné par les démolitions, en bibliothèque « digne du 21e siècle ». Le plan prévoit notamment la possibilité d’y implanter une école, une idée qui devra toutefois être discutée avec la Commission scolaire de Montréal (CSDM).