Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Prolongement de «la 19» : «infrastructure routière» annoncée

Publié le 20/04/2018
par Christiane Dupont

Le premier ministre Couillard faisant son annonce officielle aujourd’hui. (Crédit-photo: Coalition pour le prolongement de l’autoroute 19).

Québec innove dans la formulation de l’annonce du prolongement de l’autoroute 19. On parle maintenant d’ «infrastructure routière», plutôt que d’autoroute ou de boulevard urbain. En conférence de presse le vendredi 20 avril, en après-midi. le Premier ministre Couillard et quelques-uns de ses ministres, dont le ministre des Transports, André Fortin,  ont annoncé en grande pompe de quelle manière «la 19» serait prolongée jusqu’à Bois-des-Filions.

«Le dossier d’opportunité étant terminé, le gouvernement du Québec a annoncé la forme que prendra le projet de la 19 et en a dévoilé les détails. Le prolongement de la 19 comprendra donc : la construction d’une nouvelle chaussée à trois voies, incluant une voie réservée aux autobus, aux véhicules électriques et au covoiturage; de quatre nouveaux échangeurs et le réaménagement d’un échangeur existant; d’un nouveau pont à l’est du pont Athanase-David; l’aménagement d’un stationnement incitatif et d’un terminus; l ’écran antibruit; le prolongement et le réaménagement de la piste polyvalente.»

Récemment, l’annonce qui avait été faite à l’occasion de la présentation du budget 2018 et du Plan québécois des infrastructures routières mentionnaient que l’A-19 serait prolongée, mais les textes officiels n’allaient pas jusqu’à préciser si ce serait en autoroute ou en boulevard urbain, ce qui revêt de l’importance, compte tenu de certains paramètres.

Ainsi, s’il s’agit d’une autoroute ou d’un boulevard urbain, le flot de circulation est différent, généralement plus important s’il est généré par une autoroute. Un boulevard urbain se prête mieux, par ailleurs, au transport collectif, car s’y rendre est généralement moins compliqué que se rendre sur une autoroute. Finalement, le partage des coûts est différent. S’il s’agit d’une autoroute, tous les contribuables québécois sont appelés à défrayer l’entièreté des coûts. Toutefois, dans le cas d’un boulevard urbain, tous les contribuables québécois paient seulement une partie des coûts, la différence est assumée par la ou les municipalités concernée(s).

Autoroute ou boulevard urbain ?

Par une subtilité de la langue française, le communiqué du gouvernement parle de « la » 19 et non pas de « l’A-19 », cette dernière formulation était l’abréviation du mot «autoroute». Et on y parle d’infrastructure routière, sans préciser s’il s’agit d’une autoroute ou d’un boulevard urbain.

«S’inscrivant dans une perspective de mobilité durable, le projet, dont la zone d’intervention se situe entre le boulevard Saint-Martin Est, à Laval, et le boulevard Industriel, à Bois-des-Filion, contribuera notamment à améliorer la mobilité par la mise en place d’une infrastructure routière adaptée aux besoins des familles. Par la même occasion, il permettra de rendre plus efficace l’offre de service en transport collectif, de favoriser le transfert modal et de réduire les coûts environnementaux et économiques liés à la congestion routière.»

La conférence de presse d’aujourd’hui a fait se réjouir la «Coalition pour le prolongement de l’autoroute 19 avec voies réservées pour le transport collectif», ainsi que les maires de la Rive-nord, qui tous espèrent que, cette fois, l’engagement aura des suites et qu’il ne s’agit pas seulement d’une promesse électorale. Il faut dire que, dans les années passées, l’annonce a été faite à quelques reprises sans qu’elles n’aient de suites réelles.

Les élus municipaux et du territoire, notamment, ont été à quelques reprises interpellés à ce sujet. De son côté, le conseiller de ville du district du Sault-au-Récollet, Jérôme Normand, là où se déverse cette importante circulation de transit à la sortie du pont Papineau, a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce:

«Beaucoup d’éléments restent en suspens quant à l’annonce du prolongement de l’A-19: nouveau pont? Limite de vitesse? Terminus? Où ira le TC ?…restons vigilants car #Montréal et #Ahuntsic ne peuvent pas prendre plus de véhicules.»

Coaltion pour boulevard Papineau, déçue

Le communiqué de presse du gouvernement précise qu’il y aura des voies réservées au transport collectif.

La Coalition pour un boulevard Papineau suggérait l’aménagement d’un boulevard urbain. À cela, l’annonce parlant de «la 19», et non pas de l’A-19 (pour Autoroute 19) entretient le flou.

Toutefois, l’une des porte-parole de la Coalition, Mélanie Busby, il est clair que le projet annoncé aujourd’hui par le gouvernement du Québec sera nécessairement une autoroute. Mme Busby fait valoir que les «échangeurs» mentionnés dans le communiqué vont de pair avec un projet d’autoroute, tandis que si le communiqué avait parlé de «carrefours-plans», cela aurait fait directement référence à un projet de boulevard urbain, ce qui n’est pas le cas.

Par ailleurs, cette annonce n’est pas cohérente avec la récente politique de mobilité durable proposée par Québec, poursuit Mme Busby.

«Cette décision du gouvernement ne va pas dans le sens de la politique de mobilité durable que vient d’annoncer le gouvernement, ajoute Mélanie Busby. Il s’agit d’un projet routier qui va encourager l’utilisation de la voiture, soutenir l’étalement urbain, et  ce n’est pas non plus une bonne solution d’utilisation de fonds publics parce qu’à long terme, la congestion sera de nouveau présente dans ce secteur-là, soutient-elle.»

Finalement, la Coalition pour un boulevard Papineau demandait que le pont Papineau soit réaménagé pour permettre le transport actif (vélos et marche) de Montréal à Laval. À ce chapitre, rien n’a été mentionné dans l’annonce faite par Québec.

«Rien de différent n’est proposé par ce projet que ce qui a été soumis au BAPE, souligne Mélanie Busby, porte-parole de la Coalition. Aucune piste cyclable n’est prévue non plus de Laval jusqu’à Montréal. »

Députés du territoire

Dans le communiqué en provenance du gouvernement du Québec, la députée de la circonscription de l’Acadie, ministre des Relations internationales et responsable de la région des Laurentides, déclarait:

« La congestion est un réel problème dans le cœur de Bois-des-Filion. Le prolongement de la 19 viendra soulager non seulement les usagers de la route, mais également les résidents de la municipalité. L’ajout d’un stationnement incitatif dans le quadrant nord-est de l’autoroute 640 et de la future 19 viendra aussi faciliter les déplacements pour tous les citoyennes et citoyens du secteur. »

La députée de Crémazie (Maurice-Richard) et ministre de la Culture et des Communications du Québec, Marie Montpetit,  a déclaré à journaldesvoisins.com, à la suite de cette annonce:

« Je constate que le projet présenté aujourd’hui accorde une place importante au transport collectif et électrique. Alors que la configuration actuelle de cette route ne permet aucune véritable desserte de transport en commun, les voies réservées et le stationnement incitatif de 690 places prévus permettront de bâtir une réelle offre de transports collectifs.  Pour la première fois, les habitants de la couronne nord résidant dans l’axe de la 19 auront une alternative à l’usage de leur automobile. Je suis confiante qu’ils choisiront un mode de transport plus écologique, plus efficace et moins coûteux. Il est clair que, comme députée, je continuerai de veiller au maintien de la sécurité et de la qualité de vie des citoyennes et citoyens du quartier à toutes les étapes du projet. »