brigadier scolaire, abord des écoles
Brigadier scolaire au coin des rues Lajeunesse et Crémazie. (Photo: François Robert-Durand, archives JDV)

Quelques jours après la rentrée scolaire, la Ville de Montréal annonce des investissements et des mesures pour sécuriser les abords des écoles. Il reste que cela a été déjà dit au début de l’année.

Sous le titre: «Une rentrée sécuritaire pour des milliers d’élèves grâce au Programme de sécurisation aux abords des écoles de la Ville de Montréal», le communiqué publié par la Ville de Montréal le 5 septembre répète essentiellement les prévisions de 2023 du Programme de sécurisation aux abords des écoles (PSAÉ) qui avaient été déjà rendues publiques en janvier.

On parle de 30 projets dans 11 arrondissements pour un budget total de près de 10 millions $. À Ahuntsic-Cartierville, six écoles sont concernées, les mêmes que celles identifiées au début de l’année.

Les écoles qui bénéficient du PSAÉ cette année dans l’arrondissement:

École Atelier

École Fernand-Séguin

École Our Lady of Pompei

École Saint-Isaac-Jogues

École Sainte-Odile

École Sainte-Odile – Annexe

L’autre rappel est celui des actions du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). L’opération visibilité de la rentrée scolaire a lieu jusqu’au 22 septembre. Elle s’illustre notamment par deux opérations répressives par semaine dans les zones accidentogènes et aux abords des écoles, ainsi qu’une analyse de la dangerosité des corridors scolaires.

Sinon, des opérations de communication et de sensibilisation avec mise en ligne de vidéos, distribution de dépliants et affichage aux débarcadères scolaires se font à l’entrée des écoles et de leur service de garde.

Radar vivant

On expérimente aussi les «radars vivants». Un radar fixe sur un trépied transmet l’indication de la vitesse des automobilistes au panneau que portera l’élève sur son sac à dos. Cette mesure a déjà été essayée à Laval, Longueuil, Bromont et Rivière-du-Loup. Le premier test a eu lieu aujourd’hui [6 septembre] près d’une école de La Petite-Patrie sur l’avenue Christophe-Colomb.

Déplacement actif

Le PSAÉ vise à encourager le déplacement à pied ou à vélo des élèves. Les investissements consentis doivent améliorer physiquement les abords des lieux qu’ils fréquentent.

Il faut tout de même noter que le communiqué officiel précise qu’une douzaine d’aménagements a déjà été réalisée. Et «… la totalité sera complétée d’ici la fin de l’année en cours. Depuis sa mise en place en 2020, le programme PSAÉ a permis de réaliser 19 projets en 2020, 29 projets en  2021 et 21 projets en 2022», lit-on dans le texte publié par la Ville.

Selon Sophie Mauzerolle, responsable du transport et de la mobilité au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal, citée dans le communiqué, 56 000 élèves montréalais du primaire et du secondaire se déplacent de manière plus sécuritaire aux abords de 92 écoles grâce au PSAÉ.

«La Ville prend donc ses responsabilités et agit pour modifier les habitudes et promouvoir la sécurité, et ces efforts s’ajoutent aux initiatives locales qui se déploient par les arrondissements», a ajouté Mme Mauzerolle.

«En pleine période de rentrée scolaire, c’est important de rappeler que la sécurité des routes est l’affaire de tous. La Ville accélère la transformation de l’espace public, le SPVM intensifie ses interventions, le gouvernement du Québec serre la vis et, à la fin, il faut que chaque automobiliste priorise aussi la sécurité par rapport à la rapidité», a déclaré Valérie Plante, mairesse de Montréal, rapporte le texte de la Ville.

Palier gouvernemental

Pour faire face à la multiplication d’incidents dangereux sur la route qui touchent des élèves et aux abords des écoles, le gouvernement provincial avait mis en place des mesures le 22 août:

Abaissement de la vitesse à 30 km/h dans les zones scolaires de toute la province, amendes plus lourdes et plus de points d’inaptitude en cas d’infraction commise aux abords des écoles et des chantiers, ou lorsqu’elles concernent des cyclistes, des personnes à mobilité réduite, des aînés, des enfants ou autre personne vulnérable.

Elles ont été présentées par Geneviève Guilbault, ministre des Transports et vice-première ministre du Québec, en compagnie de Bernard Drainville, ministre de l’Éducation. Mme Guilbault avait d’ailleurs annoncé un investissement total de 140 millions $ pour permettre aux municipalités de réaliser des aménagements sécuritaires pour piétons et cyclistes, particulièrement en zones scolaires.

Elle a rappelé qu’au Québec, près de 400 personnes sont décédées dans un accident de la route en 2022.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Quatre ans d’attente pour voir la lumière au bout du tunnel piétonnier

L’interdiction de traverser à pied et à vélo à la gare Du…

Stationnement: des manifestants occupent la piste cyclable devant une église à Cartierville

Le 16 juillet dernier, une manifestation de cyclistes a eu lieu sur…

Une consultation publique pour un projet de logements sociaux à Ahuntsic

Un projet de 18 logements communautaires destinés à des jeunes en difficulté…
Mesures d'apaisement accident piétonne

Bien se préparer pour demander des mesures d’apaisement

Des citoyens confrontés à des chauffards qui traversent leurs rues locales comme…