Effie Giannou, conseillère du district de Bordeaux-Cartierville pour Ensemble Montréal. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

La conseillère de Bordeaux-Cartierville, Effie Giannou, a répondu par courriel aux questions du JDV. Cinquième et dernier texte de notre série d’entrevues postélectorales.

Réélue pour un second mandat à titre de conseillère sous la bannière d’Ensemble Montréal, Effie Giannou refuse de voir dans le résultat des élections du 7 novembre un revers, même si l’administration de Projet Montréal a été reportée au pouvoir.

Un mandat fort, malgré des appuis en baisse

La conseillère impute au faible taux de participation le recul des appuis à Ensemble Montréal, qui a enregistré en 2021 une baisse d’environ 10 % des votes exprimés par rapport à 2017.

Malgré ce recul, qui a coûté son siège à Hadrien Parizeau dans Saint-Sulpice, Effie Giannou a tout de même a récolté un peu plus de 51 % des voix dans Bordeaux-Cartierville.

« Le taux de participation aux dernières élections municipales est beaucoup plus faible qu’en 2017. Il est donc normal de voir de tels résultats. Je suis fière de mes résultats et du fait que j’ai obtenu 15 % de plus de votes que mon adversaire de Projet Montréal », fait valoir la conseillère.

Le taux de participation a effectivement connu un déclin à Montréal.

À 33 % de participation, Bordeaux-Cartierville affiche d’ailleurs un taux largement inférieur à la moyenne dans l’arrondissement qui se situe à 42,4 %, selon résultats préliminaires d’Élections Montréal compilés par le JDV.

Une opposition ouverte à la collaboration

Alors que Projet Montréal a renforcé sa majorité tant au niveau de la mairie d’arrondissement que de la mairie de Montréal, Ensemble Montréal ne comptera qu’une seule élue de l’opposition dans Ahuntsic-Cartierville.

« J’ai siégé comme seule élue de l’opposition aux séances du conseil d’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville pendant près de trois ans », lance la principale intéressée.

Même si, dans les mois précédant les élections, elle a fait front commun avec l’ancien conseiller de Saint-Sulpice, Hadrien Parizeau, Mme Giannou considère qu’elle a été la seule députée de l’opposition puisque son collègue Hadrien Parizeau a siégé à titre d’indépendant pendant la majeure partie de son mandat.

« Le rôle de l’opposition est primordial afin de défendre les intérêts de tous les citoyens, et ce, peu importe leurs allégeances politiques », insiste Effie Giannou.

Bien que les relations aient été tendues avec l’administration Thuillier dans la période préélectorale, la conseillère d’opposition dit vouloir « collaborer avec les autres élus de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville afin de faire avancer des projets » qui figurent parmi ses priorités.

« Je pense entre autres à accélérer l’implantation des mesures d’apaisement de la circulation dans les rues locales telles que celles à proximité de la rue de Salaberry ainsi que la sécurisation du boulevard Gouin près du Collège Sainte-Marcelline et de la résidence l’Amitié », souligne la conseillère de Bordeaux-Cartierville.

En plus de ce dossier qui a été au cœur de tensions entre la conseillère d’opposition et la mairesse d’arrondissement, Effie Giannou dit vouloir « travailler sans relâche pour sensibiliser les équipes de l’arrondissement » sur des enjeux comme « la coordination efficace des chantiers de construction qui cause de la circulation terrible dans le quartier » et la propreté.

Plus largement, elle assure vouloir se dédier à améliorer la qualité de vie dans le district où elle a grandi et qu’elle habite toujours.

Une conseillère à temps partiel ?

Effie Giannou se défend de ne se consacrer qu’à temps partiel à son travail de conseillère.

« Tout comme plusieurs de mes collègues, tous partis politiques confondus, j’exerce un emploi à temps partiel dans un domaine qui me passionne. Cela ne m’empêche pas de remplir mes tâches d’élue municipale et de servir les citoyens de Bordeaux-Cartierville au quotidien », assure la conseillère.

Effie Giannou n’est ni la première, ni la seule membre du conseil municipal à exercer des fonctions ou à détenir des intérêts au privé en parallèle à ses charges publiques.

Depuis son entrée en politique, Effie Giannou a ainsi continué à travailler au sein du Groupe EGS, une firme de communications qu’elle a fondée en 2016 et dont elle assume la présidence.

Rejetant du revers de la main les critiques formulées par la mairesse Emilie Thuillier concernant l’impact de ses autres occupations sur son engagement comme élue, la conseillère rétorque que « certains élus de l’arrondissement exerçaient même des fonctions à temps plein au comité exécutif » en parallèle à leurs fonctions durant leur premier mandat.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le coin communautaire – Semaine du 8 octobre 2021

Marche, jour des Aînés, à ORA Le 1er octobre dernier était marqué…
Suzanne Bourque bénévole et présidente du CA - Diane Bélanger bénévole au SNAC- Dépannage alimentaire du 1er décembre 2021 - Crédit Leila Fayet

Pandémie: les organismes communautaires gardent la tête haute

La pandémie a chamboulé la façon dont les organismes communautaires travaillent dans…

Sacré-Cœur : le XXIe siècle au cœur d’un hôpital (presque) centenaire

Dans les prochaines semaines, le nouveau Centre intégré de traumatologie, de l’Unité…

Retour des BIXI, pas pour tout le monde

Le service de vélo-partage BIXI a repris du service le 13 avril…