Nicolas Feret, cofondateur du restaurant Salade, Tomate, Oignon, au 555, rue Chabanel. (Photo : François Robert-Durand, JDV)

[MISE À JOUR : en date du 20 février 2023, le restaurant est fermé pour une période indéterminée. Surveillez la page Facebook de Salade, Tomate, Oignon.]

Un nouveau restaurant a ouvert ses portes au 555, rue Chabanel, en plein cœur du District Central. Salade, Tomate, Oignon se spécialise en sandwichs döner kebabs «à la française», une véritable institution de l’autre côté de l’Atlantique.

Le 11 novembre dernier, un nouveau restaurant rejoignait discrètement les locaux du 555, rue Chabanel, au côté des quelque 800 compagnies du District Central. Vous l’avez peut-être manqué : il partage son local avec Roch le Coq, au rez-de-chaussée du bâtiment.

Salade, Tomate, Oignon se spécialise dans la vente de sandwichs kebabs dits « à la française » : un met aux origines turques qui s’est tant popularisé en France qu’il est devenu partie intégrante de la culture outre-Atlantique.

Il constitue même aujourd’hui le Saint-Graal pour les expatriés français à Montréal, tous lancés dans cette inlassable quête, comme en témoignent les innombrables fils de discussions à ce sujet sur les forums d’expatriation.

L’entreprise est justement née de la frustration gourmande de deux Français : Nicolas Feret et son collaborateur à ce moment-là, car il ne travaille plus là.

«Un jour après une soirée, on s’est dit “Tiens! ce serait bon, un kebab!”. On a commencé à faire le tour de Montréal et à chercher ce qui ressemblait le plus à [celui] que nous, on connaît, en France. Ça a été dur», témoigne Nicolas, affirmant avoir fait le tour de la concurrence sans avoir trouvé son bonheur.

Le döner kebab

Le terme kebab (tiré de l’arabe kabāb, qui signifie grillade) définit avant tout un mode de cuisson de la viande en petits morceaux sur des brochettes. Cette technique a été largement utilisée par les communautés ottomanes et perses, avant de se répandre dans tout le bassin méditerranéen : le mets porte d’ailleurs le nom de gyros ou slouvaki en Grèce.

En Europe, le sandwich kebab (ou döner kebab) a quant à lui pris toute son ampleur dans les années 1970 à Berlin, où il a été largement démocratisé par l’immigration turque. En France, sa popularité explose à tel point que le kebab devient le rendez-vous immanquable de tous les fêtards.

Salade, Tomate, Oignon?

Le nom du nouveau restaurant du 555 Chabanel tire justement ses origines de la culture française autour du kebab : chacun connaît bien cette phrase là-bas, car c’est la formule classique émise par tout bon kébabier! Celui-ci vous prépare le sandwich sous les yeux et vous interpelle d’un chaleureux « Salade, Tomate, Oignon? » qui constitue le « tout garni » français.

Nicolas Feret mise ainsi sur la forte demande actuelle de l’expatriation française, anxieuse de trouver une adresse authentique de döner kebab. Si la recette vient du Moyen-Orient, la variante gauloise tirerait sa différence du pain : « Nous, on va plutôt sur un pain long, qui n’est pas coupé dans toute sa longueur », explique le restaurateur qui cite aussi le succès de la célèbre sauce blanche auprès des Français.

L’entrepreneur ajoute que la viande vient également jouer son rôle : « Les broches ne sont pas toujours faites maison. […] On arrive à distinguer celles qui sont faites en gros. Les nôtres ne sont pas sexy, mais elles sont montées à la main », affirme Nicolas Feret, notant qu’une broche peut être garnie d’environ 5 kg de viande, qui servira à préparer une cinquantaine de sandwichs.

Salade, Tomate, Oignon réalise toutes ses recettes maison et l’ensemble du menu est halal (même la poutine). Nicolas Feret, boulanger de formation, fabrique quotidiennement les pains des sandwichs. Les sauces et les frites sont également faites à la main. Par la qualité de ses produits, mais aussi par la richesse de ses portions, il souhaite élargir sa clientèle aux locaux : il se réjouit d’ailleurs de voir de plus en plus de noms à consonance québécoise parmi ses clients.

Auparavant installé au 275, rue Crémazie Ouest, le restaurant s’est délocalisé au profit du quartier Chabanel, en pleine effervescence, qui lui offre jusqu’à présent une réponse très positive. Le propriétaire a pour l’instant toujours son autre emploi à temps plein, le forçant à n’ouvrir que le week-end : toutefois, il se voit dans un local à temps complet au sein de notre arrondissement d’ici 2024.

Salade, Tomate, Oignon, situé au 555, rue Chabanel, est ouvert du vendredi au dimanche de 17 h à 21 h, et sur les plateformes de restauration en ligne. Ce restaurant se joint à l’industrie du kebab de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville aux côtés de Shish Kebab (libanais), au 9394, boulevard de l’Acadie, et de Kebeh Kabab (syrien), au 2600, rue de Salaberry.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Evelyne Durocher
Evelyne Durocher
1 Année

J’ai hâte d’aller gouter à ce sandwich döner Kebab, mais surtout, bravo pour avoir donner un nom français à votre commerce!

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le mois de juin en photos

Le Journal des voisins vous présente un survol des actualités du mois…

Aliments, vêtements… les dons sont nécessaires toute l’année

En cette période de partage, on pense aux plus démunis facilement, le…

Le coin communautaire – Semaine du 22 janvier 2024

Rendez-vous le mardi 30 janvier à partir de 17h30 à la Maison…

Le Centre culturel et communautaire de Cartierville ouvre sa cuisine

Le Centre culturel et communautaire de Cartierville, aussi appelé 4C, inaugurait officiellement…