À l’avant-plan, de g. à dr.: Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal et candidate à la mairie; Émilie Thuiller, conseillère du district d’Ahuntsic et candidate à la mairie de l’arrondissement. À l’arrière-plan, de g. à dr. : Jérôme Normand, candidat au poste de conseiller du district du Sault-au-Récollet; et Ramzi Sfeir, candidat au poste de conseiller du district Saint-Sulpice. (Photo: jdv P. Rachiele)

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, qui se dit «l’homme de la situation» sur les panneaux publicitaires préélectoraux, était de passage dans l’arrondissement, au parc Henri-Julien, pour annoncer la création d’un Observatoire sur le bruit dans Ahuntsic-Cartierville si son parti remporte l’élection du 5 novembre.

Accompagnée de la candidate à la mairie de l’arrondissement pour Projet Montréal, Émilie Thuillier, des candidats de Projet Montréal dans le district de Saint-Sulpice et du Sault-au-Récollet, Ramzi Sfeir et Jérôme Normand, Mme Plante a pu entendre les avions passer au-dessus du parc pendant sa conférence de presse! En prime, un chantier de construction n’était pas particulièrement silencieux, tout à côté.

Ce faisant, Valérie Plante a annoncé que Projet Montréal s’engageait à mettre sur pied un Observatoire du bruit à Montréal, dans Ahuntsic-Cartierville plus précisément, comme cela se fait dans d’autres grandes villes –notamment Paris– si son parti remportait la faveur des Montréalais, le 5 novembre.

« La santé des Montréalais est une priorité pour nous, c’est pourquoi nous comptons agir immédiatement en créant un observatoire du bruit qui sera situé dans Ahuntsic-Cartierville », a soutenu Mme Plante.

Projet Montréal avait déjà déposé une motion en ce sens en juin 2016 au conseil municipal, le 20 juin 2016. Cette motion avait toutefois été battue, le responsable du dossier au comité exécutif, le conseiller Réal Ménard, ayant mentionné qu’un comité administratif mis en place deux ans auparavant et dont il était le président était rendu bien plus loin et avait déjà produit une carte d’estimation des niveaux de bruit à Montréal. Le comité devait d’ailleurs se pencher plus abondamment sur la question dans les mois qui suivaient.

Aux dernières nouvelles toutefois, aucune information n’a transpiré de ce dossier depuis plus d’un an. À l’époque, et bien qu’elle s’intéressait de très près au dossier des nuisances sonores, la conseillère d’Ahuntsic, Émilie Thuillier,  avait mentionné qu’elle n’était même pas au courant de l’existence de ce comité.

Des atout, mais un problème!

Tout en mentionnant que l’arrondissement possédait plusieurs atouts, la cheffe de Projet Montréal a fait valoir que le bruit des avions, notamment, était malheureusement un problème et qu’il fallait s’en occuper.

«On veut l’intérêt des citoyens en premier lieu, a déclaré Valérie Plante. Ahuntsic-Cartierville est un pôle important pour les jeunes familles et les travailleurs et si nous voulons les garder dans l’arrondissement, il faut y veiller.»

Refus peu crédible ?

De son côté, la conseillère d’Ahuntsic, candidate à la mairie, Émilie Thuillier, a déclaré:

«Nous avons des contacts dans d’autres villes qui ont un Observatoire sur le bruit. Et nous nous sommes laissé dire par ces contacts que ceux qui refusent de mettre sur pied un Observatoire du bruit, ne veulent sans doute pas agir pour contrer le bruit, ce qui ne veut surtout pas dire qu’il n’y a pas de bruit!», a-t-elle lancé, ajoutant : «Ce n’est pas vrai qu’on va vivre avec le bruit!»

Selon Mme Thuillier, Paris a créé un observatoire du bruit en 1999. Grâce aux données précises obtenues, les décideurs de l’agglomération sont aujourd’hui en mesure d’adopter des politiques de lutte contre le bruit efficaces.

«Projet Montréal va se doter d’un plan de lutte contre le bruit à l’aide des meilleurs outils possibles », a ajouté Émilie Thuillier.

Aéroports de Montréal dit, à sa décharge, que l’organisme reçoit peu de plaintes sur le bruit des avions. Il n’est pas nécessairement facile pour un citoyen ordinaire de faire une plainte et de l’acheminer au bon endroit, a soutenu la candidate à la mairie de l’arrondissement.

Startup: une appli!

Projet Montréal entend encourager la participation citoyenne pour identifier les nuisances sonores du territoire d’Ahuntsic-Cartierville et d’ailleurs à Montréal à l’aide d’une application mobile. Fait intéressant: une administration de Projet Montréal lancerait un concours auprès des startups montréalaises pour la création d’une application mobile dédiée à répertorier les plaintes reliées au bruit des avions.

Et les coûts?

Questionnée sur les coûts que pourraient occasionner une telle structure, Mme Thuillier a déclaré, tout en soutenant qu’il fallait être responsable et ne pas avoir peur d’agir:

«Il est d’abord fondamental d’aller chercher des données, ce que nous ferons d’abord en ajoutant des appareils de mesure du bruit et avec les équipes existantes qui pourraient être mieux formées. »

Avoir des données fiables

Ahuntsic ne compte aucune station de mesure de bruit permanente d’ADM sur son territoire. Une station temporaire avait été installée pendant 44 jours au centre Claude-Robillard en août 2015, et retirée par la suite.

Les mesures de bruit prises pendant cette installation temporaire avaient été divulguées lors d’une rencontre publique d’ADM avec des citoyens de l’arrondissement à la salle du conseil, dont plusieurs étaient venus se plaindre avec virulence du bruit des avions. De toute évidence, les citoyens présents à l’assemblée publique à l’époque n’en sont pas venus aux mêmes conclusions qu’ADM sur les nuisances sonores vécues au-dessus d’Ahuntsic-Cartierville.

Selon Valérie Plante, Projet Montréal entend s’atteler au dossier rapidement s’il est élu le 5 novembre.

« Il est temps pour Montréal de se doter d’un outil fiable pour lui permettre d’évaluer avec certitude le niveau de bruit dans la ville et enfin mettre en place des solutions pour le réduire. Grâce à l’Observatoire du bruit que Projet Montréal mettra sur pied, les Montréalais auront enfin avoir l’heure juste et pourront finalement profiter de politiques de lutte contre le bruit efficaces », a conclu la cheffe de Projet Montréal, qui poursuivait sa tournée dans d’autres arrondissements par la suite.

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

4 commentaires
  1. Ce qu’il faut en tout premier lieu, c’est l’installation de mesures de bruit calibrées pour capter le passage des avions. Il faut documenter dès maintenant cette nuisance parce que cet observatoire du bruit prendra du temps à mettre sur pied et le problème des avions au-dessus de notre arrondissement continuera sans que des mesures concrètes soient apportées rapidement avec entre autre un couvre-feu strict. Avec les mesures en main, l’arrondissement ne sera plus dupé par le discours d’ADM à qui elle pourra demander des comptes. Plus de tergiversations de la part de nos élus municipaux, quelque soit le parti. Passez à l’action, misère!

Les commentaires sont désactivés pour cet article.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

L’été s’annonce beau, chaud, et légumineux…avec notre mag papier!

Alors que le temps se fait plus clément qui invite aux vacances,…

COVID-19 : Points de presse, 15 avril – 14 860 cas confirmés – Vibrant appel aux médecins!

Alors que la situation de la COVID-19 se stabilise au Québec et…

Enfin, de l’aide pour les aînés

La pandémie ne laisse de répit à personne, autant aux aînés qu’aux…

Le coin communautaire – Semaine du 14 février 2020

Journée portes ouvertes au CFSE   Vous voulez développer de nouvelles compétences?…