Le 5 juin dernier, la Ville de Montréal présentait son bilan environnemental 2018 sur la qualité de l’air. Selon ce bilan, les effets positifs du règlement sur l’utilisation des poêles et foyers au bois se font déjà sentir. Ceci étant établi, la qualité de l’air est-elle présentement meilleure à Ahuntsic-Cartierville? Est-il possible de le savoir?

Le réseau de surveillance de la qualité de l’air (RSQA) rapporte qu’en 2018, 41 jours de mauvaise qualité de l’air, dont six jours de smog, ont été enregistrés sur le territoire montréalais. Durant la période du 1er novembre 2018 au 15 avril 2019, seulement deux jours de smog ont été enregistrés alors que les années précédentes on en observait entre six et huit.

« Cela correspond à l’entrée en vigueur du règlement sur l’utilisation des poêles et foyers au bois qui montre déjà des effets positifs sur la qualité de l’air », peut-on lire dans un communiqué émis par la Ville de Montréal.

Rappelons que depuis le 1er octobre 2018, le Règlement concernant les appareils et les foyers permettant l’utilisation d’un combustible solide interdit l’utilisation d’appareils à combustible solide sur le territoire montréalais. Les gens possédant des anciens appareils ne peuvent plus du tout les utiliser et doivent absolument les remplacer.

La combustion du bois de chauffage constitue l’une des principales causes du smog, après le transport.

Stations de contrôle

Le RSQA opère 15 stations de mesure de la qualité de l’air. Ces stations sont positionnées stratégiquement là où il y a le plus d’activités humaines nuisibles à la qualité de l’air.

La station 55, situé dans Rivière-des-Prairies, est celle qui fournit les données en lien avec le chauffage au bois.

Les autres stations de contrôle les plus près d’Ahuntsic-Cartierville se trouvent à Montréal-Nord près de la cour de voirie; près de l’aéroport de Dorval; dans Rosemont-Petite-Patrie sur le boulevard Saint-Joseph; et près de l’échangeur Décarie dans Mont-Royal. Cette dernière station sert à voir comment la qualité de l’air est affectée par le transport puisque c’est près de cette station qu’il y a le plus de congestion routière.

Dans Ahuntsic-Cartierville, il n’y a pas de station de contrôle de la qualité de l’air puisqu’il n’y a pas d’activité qui génère une importante dégradation de l’air, selon les autorités. Il est donc impossible de voir l’évolution de la qualité de l’air en lien avec le chauffage au bois dans le quartier.

Un commerce problématique

Un commerce de l’arrondissement qui fait griller de la viande continue cependant à nuire fortement à la qualité de l’air pour ses voisins.

Il s’agit du marché Tropic-Leo, situé sur Fleury Ouest.

Le marché Tropic-Leo (Photo: jdv)

À plusieurs reprises au cours des dernières années, Diane Thibodeau, citoyenne d’Ahuntsic-Cartierville, a sonné l’alarme auprès des élus au sujet des émanations qui proviennent de la cheminée au-dessus du commerce Tropic-Leo et qui rendent pénible, notamment, l’été des riverains habitant à proximité.

« L’air est toujours irrespirable. Depuis que j’ai commencé mes démarches, ça ne fait qu’empirer. Les heures d’ouverture ont été étendues. C’est irrespirable six jours sur sept. Impossible de souper à l’extérieur un samedi soir », se plaint-elle.

Mme Thibodeau estime que les émanations des grillades du marché Tropic-Leo s’étalent sur un périmètre de deux rues tout autour.

La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, examine le dossier du Tropic-Leo depuis plusieurs années avec le service de l’environnement municipal.

La Ville a demandé au commerce de changer d’appareil pour filtrer l’air qui sort de sa cheminée. Une demande à laquelle le commerce n’a pas donné suite. La Ville lui a conséquemment donné un constat d’infraction.

Le marché Tropic-Leo et la Ville se livrent donc présentement une bataille juridique, le commerce ayant plaidé non coupable au constat d’infraction.

Rappelons que l’arrondissement a voté en septembre dernier un règlement interdisant les futurs restaurants et épiceries de faire de la cuisson au feu de bois ou au charbon de bois.

Ce règlement s’applique à tout nouveau commerce, mais n’a pas d’impact sur les établissements commerciaux existants. Il ne peut donc pas être invoqué pour régler le problème du marché Tropic-Leo qui altère la qualité de l’air d’un grand nombre de personnes aux alentours.

[Mise à jour: 2019-07-09, 10 h 56] Une nouvelle étude de la Direction de la santé publique (DSP) de Montréal souligne l’impact négatif que peut avoir la cuisson au feu de bois ou au charbon de bois qu’utilisent certains commerces sur la qualité de l’air à l’échelle locale .

Au début de 2019, Jean-François Parenteau, membre du comité exécutif de la Ville, avait promis de rencontrer les propriétaires de ces commerces pour établir avec eux une date limite à laquelle leurs fours au charbon de bois devaient être changés. Cette rencontre n’a toujours pas eu lieu.

Dans une entrevue de novembre 2018 avec The Gazette, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, mentionnait qu’elle ne comptait pas appliquer de sitôt un règlement sur la cuisson au charbon de bois.

Toutefois, parmi les objectifs 2019 du Service de l’environnement de la Ville-centre, on note celui-ci:

«Compléter l’encadrement des émissions générées par les fours de cuisson au bois et charbon de bois.»

 

Total
11
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Les Brèves – Semaine du 20 septembre 2019

Un marché public d’automne à Ahuntsic-Cartierville!   Le 28 septembre prochain, de…

Le coin communautaire – Semaine du 20 septembre 2019

Soirée musicale pour la paix   Spectacle de différents groupes de musique…

Un permis de 50$ sera requis pour déposer sa neige sur le domaine public

Après les embûches suscitées par le déneigement privé sur le domaine public,…
Cyclovia 2019 sur la Promenade Fleury (Photo : jdv - Philippe Rachiele) Ahuntsic Cartierville Montréal

Belle réussite pour la première Cyclovia

De nombreux piétons, cyclistes, «trotinettistes», «planche à roulettistes», ont pris part à…