Sentier des Amérindiens (Photo : Mélanie Meloche-Holubowski)
Le “sentier” en question… (Photo: archives jdv)

La Ville ferait présentement appel à la communauté mohawk de Kanesetake quant à la mise en valeur et la nouvelle appellation du « Sentier des autochtones », a appris journaldesvoisins.com.

Le « Sentier des autochtones » aura un nouveau nom : c’est ce qu’a confirmé le conseiller du Sault-au-Récollet Jérôme Normand en entrevue au journaldesvoisins.com. M. Normand veut ainsi mettre de l’avant les langues autochtones, mais aussi l’histoire du lieu et son évolution à travers le temps.

« Ce qui compte, c’est arriver avec quelque chose de durable et qui met en valeur les communautés autochtones […] », explique le responsable du dossier.

En 2016, l’ancien conseiller et citoyen Pierre E. Lachapelle avait proposé de remplacer le « Sentier des sauvages » par « Sentier des Amérindiens ». La Ville-Centre avait finalement choisi le nom « Sentier des Autochtones ».

« De changer un mot à connotation raciste pour un autre mot plus approprié, ça ne vient pas parler de l’histoire du lieu, ça ne vient pas mettre en valeur l’utilisation ou la vision que les communautés autochtones concernées […] », tranche M. Normand.

Une interprétation historique envisagée ?

S’ajoute à cela la mise en valeur de l’ancien village du Sault-au-Récollet et du site du Fort-Lorette, une ancienne mission sulpicienne d’évangélisation. Selon M. Normand, la Ville travaillerait également sur un énoncé de vision qui sera présenté prochainement.

« Ce projet-là s’inscrit dans une démarche plus large. Il ne serait pas intéressant pour moi de juste faire une annonce et de mettre une pancarte avec un nom […] », souligne M. Normand.

La commissaire aux Affaires autochtones de Montréal aurait été partie prenante du processus, de même que la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville (SHAC).

« On a reçu des propositions de noms des communautés, on doit les analyser et on a reçu une recherche historique de la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville (SHAC). On va mettre tout ça ensemble pour avoir un nom, un descriptif et une mise en valeur des langues autochtones », précise M. Normand.

Si des outils pédagogiques et interprétatifs sont peut-être envisagés dans la mise en valeur du sentier, aucune décision officielle n’a été rendue jusqu’à présent.

« On a une bonne idée où l’on s’en va, mais ce n’est pas cristallisé encore », indique M.Normand.

Une double traduction

Selon M. Normand, renommer le Sentier des Autochtones demande une double étape de traduction et plusieurs concertations avec le Centre culturel de Kanesatake, dont la communauté aurait un lien direct avec le lieu.

« Les propositions arrivent en langue autochtone et sont traduites en anglais. On l’adapte en français pour que tout le monde soit à l’aise », ajoute-t-il.

D’ailleurs, la communauté a accueilli l’offre de partenariat de la Ville avec enthousiasme, selon Jérôme Normand.

« Ils étaient contents qu’on les implique et qu’on leur demande de nous faire des suggestions plutôt que de juste leur demander s’ils sont d’accord ou non », conclut-il.

Si la date n’a pas encore été choisie, des annonces devraient suivre dans les prochains mois et l’inauguration se fera avec les communautés concernées, a précisé le conseiller.

Rappelons qu’en août 2017, des riverains impatients avaient eux-mêmes rebaptisé le chemin avec une affichette de leur cru.

Vous avez apprécié cet article ? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information sur des faits avérés, qui soit vraie, vérifiable et d’intérêt public.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Jardin communautaire

De l’argent pour les jardins communautaires

Trois jardins communautaires d’Ahuntsic-Cartierville bénéficient d’un financement pour leur remise en état.…

Haroun Bouazzi confirmé candidat de Québec solidaire dans Maurice-Richard

Ce sera Haroun Bouazzi qui portera les couleurs de Québec solidaire dans…
Paires de bas pour maman et bébé, tricotées par la maman d’une directrice d’école.

Marwah Rizqy comblée par de touchantes attentions de ses électrices

Le monde de la politique est parfois touchant. Comme ces marques d’affection…
camp été - Courtoisie Yopi Collège Ahuntsic

Faut que jeunesse se vive! Voilà des camps de jour d’été pour s’éclater!

Pour la troisième année consécutive, Camille Groleau, étudiante en sciences humaines au…